Améliorez la vitesse de vos rudiments de batterie grâce à la pyramide

PyramidesVous voulez améliorer la vitesse et la dextérité de vos mains à la batterie. Vous avez entendu parler des rudiments Il vous est même arrivé d’essayer. Mais soyons honnête, enchaîner DGDG pendant des minutes et des minutes n’a rien de très folichon !

Et si vous vous essayiez à la pyramide, un exercice un peu plus fun, pour casser la monotonie du travail des rudiments qui permet aussi de gagner en vitesse des mains !

Bosser ses rudiments pour améliorer la rapidité de ses mains ?

Pourquoi se préoccuper de vos rudiments, me direz-vous. C’est quand même un des exercices les plus rébarbatifs qui existe à la batterie. Et bien, tenez-le vous pour dit. C’est aussi la manière la plus éprouvée pour faire des progrès considérables dans :

  • la tenue de ses baguettes,
  • La souplesse de ses mouvements,
  • la rapidité d’enchaînement des frappes.

Alors si vous n’êtes pas encore convaincu de bosser vos rudiments dès aujourd’hui, je ne sais pas trop quoi vous dire de plus !

Le seul hic, c’est de savoir comment travailler ces fameux rudiments pour rendre l’expérience un peu plus fun et aussi pour travailler un autre aspect qui souvent nous fait défaut : la vitesse.

Aujourd’hui, on va donc voir une façon de travailler les rudiments qui permettra de progresser sur les deux plans à la fois grâce à un exercice en pyramide

  • la maîtrise de son geste, la précision de ses doigts (et notamment la pince)
  • la vitesse de nos mains

Qu’est-ce qu’une pyramide pour travailler ses rudiments ?

En ne travaillant que la répétition d’un rudiment DGDGDGDG, on ne travaille qu’un seul aspect : la précision du geste. Mais ça devient rapidement rasoir de faire des enchaînements monotones et toujours les mêmes pendant de longues minutes.

En travaillant en pyramide, on va utiliser le même rudiment mais en augmentant le nombre de frappes par temps, tout en gardant le même tempo. On peut faire cet exercice sur plusieurs « étages » en augmentant progressivement le nombre de frappes par temps. Tout en veillant à garder la régularité dans les frappes et aussi le tempo.

Application de la pyramide sur le rudiment du frisé

Le mieux pour comprendre c’est de voir ça sur un example.

Prenons le rudiment élémentaire : le frisé.

Premier étage : on remplit 3 temps de doubles-croches en frisé, soit 4 frappes par temps, pour finir sur le 4ème temps sur une frappe seule, une noire. Cette frappe isolée va nous servir de point de repère pour savoir quand se termine la mesure.

1er étage de la pyramide : débit de doubles-croches en frisö

1er étage de la pyramide : débit de doubles-croches en frisé

Deuxième étage , sur le même tempo, on augmente un peu la cadence en remplissant maintenant les temps de sextolets. Les sextolets, késako ? Tout simplement 6 frappes par temps, soit le grand frère du triolet (3 frappes par temps).

On garde une noire sur le dernier temps, toujours histoire de se repérer.

2ème étage de la pyramide : débit de sextolets

2ème étage de la pyramide : débit de sextolets

Et finalement troisième étage de notre pyramide, on enchaîne des frappes en triples-croches, soit 8 coups par temps, sur 3 temps, et comme pour les deux premiers étages on garde une noire sur le dernier temps.

3ème étage de la pyramide : débit de triples-croches en frisé

3ème étage de la pyramide : débit de triples-croches en frisé

Ce qui nous fait une progression en pyramide de 4-6-8 frappes par temps.

Pour bien travailler cet exercice, il faut commencer à tempo très lent, 40 bpm par exemple.  Soyez sûr que vos frappes sont bien en place les unes par rapport aux autres. (J’ai par exemple trouvé assez difficile la transition doubles-croches vers sextolets – 4 frappes par temps vers 6 frappes par temps).

N’hésitez pas à revenir sur ces étapes là si vous le les maîtrisez pas à 100% avant d’essayer d’enchaîner les 3 types de mesures.

La séquence complète des 3 étages de la pyramide de frisé

La séquence complète des 3 étages de la pyramide de frisé

Le but est d’enchaîner chaque mesure pendant par exemple 5 ou 10 min, à tempo constant (40bpm pour commencer, et plus rapide lorsque ça passe tout seul)

Chaque étage de la pyramide peut être travaillé séparément pour bien consolider les bases.

Comment aller plus loin : appliquer la pyramide à d’autres rudiments

Pour finir, je vous encourage vivement à mettre cette approche en pratique sur d’autres types de rudiments, le roulé (les doubles-frappes ou coups-doubles) ainsi que les moulins (ou paradiddle).

L’erreur classique c’est de vouloir aller trop vite, et du coup travailler ses rudiments vite vite, puis passer à autre chose. Il vaut mieux rester quelques jours sur le même pallier de tempo, et bien travailler sa régularité que de vouloir à tout prix monter les bpm. Et très souvent en laissant passer quelques jours au même tempo, le pallier suivant passera mieux.

Cette approche en pyramide, et très répandue, Emmanuelle Caplette m’en avait parlé et c’est celle qui est utilisé sur le site de Vic Firth avec de nombreux exercices d’application des rudiments.

Travailler ses rudiments, c’est pas toujours marrant. Avez-vous d’autres exercices, ou d’autres trucs pour rendre ces séances un peu plus fun ? 

 



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


Recherches utilisées pour trouver cet article:

emplacement du batteur sur la battrie pdf, doigts frisé batterie bpm,

7 réflexions au sujet de « Améliorez la vitesse de vos rudiments de batterie grâce à la pyramide »

  1. Très bonne méthode que la pyramide. Beaucoup de batteur l’utilise et en abuse pendant leur période d’échauffement. Je ne connaissais pas la 4ème mesure à blanc ou presque. À première vue ça me paraît assez abrupte et ça gâche à mes yeux la régularité de ce type de travail qui ne nécessite pas de pause… Mais à la pratique c’est peut être bien. À tester.

    J’ai beaucoup travaillé les rudiments à mes débuts. Forcément c’était tout beau tout nouveau donc j’ai voulu découvrir et en effet c’est pas ce qu’on a de plus excitant…

    La méthode que j’utilise encore aujourd’hui, mais il me semble que tu en as déjà parlé c’est de jouer les rudiments en écoutant de la musique. Ça marche bien et ça aide en plus à bien percevoir les parties d’un morceau. Par exemple je joue des frisés sur les couplets et au moment du refrain c’est un moulin qui prend place et tout ça doit se répéter en tombant au bon moment. On peut pratiquer partout même dans le train comme je suis le train de le faire en jouant un moulin mais avec les pieds que un morceau de Jelly Jam tout en écrivant et bien voilà un exercice difficile ! Faire plusieurs choses en même temps… Surtout quand on est un homme 🙂

  2. Merci Magali pour l’article, je vais essayer ça.

    Une méthode que j’avais aussi vu pour améliorer la rapidité et l’endurance était de taper 8 coups de la main droite, 8 coups de la gauche, 7 coups de la droite, 7 coups de la gauche, … ainsi de suite jusqu’à 1 coup de chaque main, puis remonter de 1 en 1 jusqu’à 8 et redescendre, etc, …
    toujours en faisant attention à garder un tempo régulier et une force de frappe constante.

    L’avantage de ton exercice est qu’en plus de travailler le mains, on s’habitue effectivement aussi, comme tu l’as relevé, au passage croches/sextolets/doubles-croches, ce qui n’est pas toujours des plus évidents…

    Dans tous les cas, à mon avis plus on varie les excercices moins on s’ennuie, et plus on progresse !

  3. Deux tips tout simples, qui consolident beaucoup chaque main sur les rudiments, sont de jouer la main droite et la main gauche sur deux sons différents. de cette manière on entend ce que chaque main fait. ( avec les moulins par ex, et avec beaucoup d’autres rudiments d’ailleurs, ça donne tout de suite un effet sympa )
    Le deuxième truc est qu’on peut aussi jouer notre rudiment en jouant la partie main droite ou gauche sur qqch de silencieux ( coussin, jambe ou autres ) Un rudiment qu’on pensait bien maitriser prend une difficulté supérieure et devient plus fun à travailler longtemps.

  4. Salut Magalie, pour ceux que ça ennuie de travailler les rudiments, je leur conseillerais de faire une petite recherche sur un batteur qui s’appelle Alan Dawson et qui a mit au point un certain ‘Rudimental Ritual’…

  5. Très bon article Magalie.

    J’utilise déjà cette méthode, je l’ai découvert instinctivement. En fait ce que je fais, c’est que je m’amuse à décomposer un temps en 4, en 6 puis en 8 comme tu le préconises. Ça permet d’améliorer sa vitesse mais surtout d’encrer la séquence dans la tête pour qu’elle tombe sur le temps. J’avais beaucoup de mal avec les sextolets, et grâce à cette technique et beaucoup de répétition, j’arrive désormais à faire un sextolet qui tombe sur le temps sans avoir à réfléchir. Après on peut l’insérer dans un break, ça ouvre plein de possibilités…

    On peut étendre cette méthode pour ceux un peu plus avancés en divisant le temps de façon moins conventionnel, avec des quintolets ou des septolets. Ce qui est dur c’est que ce ne sont plus des rythmes binaires et il faut faire des coups consécutifs avec la même main. C’est un coup de main à prendre et après ça devient naturel.

    On peut aussi faire les rudiments sur une tourne aux pieds. Par exemple, faire une bossa-nova aux pieds et rajouter un moulin aux mains. En plus de travailler les rudiments vous travaillerez l’indépendance pied/main, et ça c’est super utile 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article