Premier concert : comment appréhender le matériel ?

Premier concert : le matos

Premier concert : le matos

Salut ! Moi c’est Jay, j’ai 24 ans et je joue de la batterie depuis, environ, l’âge de 11-12 ans, en harmonie (ou fanfare) et en groupes (jazz, blues, rock). Autodidacte, j’ai vécu pas mal d’expériences, notamment en live, qui m’ont appris à être très exigeant sur le matériel que j’utilise, et surtout sur les informations transmises lors de ces occasions exceptionnelles. Je me suis dit qu’il pouvait être utile d’aborder ces petites situations avec vous, non seulement pour partager mes déboires, mais aussi pour connaître vos points de vue. 

 

Aujourd’hui j’accueille Jay qui nous fait le plaisir de nous parler d’un aspect très peu abordé sur ce blog et pour cause : les concerts et comment préparer son matériel. J’espère très prochainement pouvoir profiter de ses conseils !

Je sais que, pour la plupart, vous débutez, et que certains d’entre vous n’ont pas encore eu la chance de se produire sur scène, mais je ne doute pas que ça arrivera bien vite. Avec de la passion, de l’entraînement, et de la patience, on fini toujours par poser ses fesses devant un public mais attention, ce n’est pas comme jouer dans son salon devant les copains.

Du « faux » au « vrai »

Première chose, l’entraînement sur une batterie acoustique. On le sait, notre passion musicale est envahissante, et bruyante, alors beaucoup d’entre nous optent pour la batterie électronique, petite merveille de technologie qui permet de taper comme un sourd sans se faire entendre des voisins, et c’est très bien. Cela dit, il est rare de se produire en concert, ou en répétition de groupe, avec une batterie électronique, et pour ceux qui ne tâtent pas souvent d’un set acoustique, la chute peut être rude !

Réactions des sonorités, nuances et volumes, technique de frappe, sensations, tout est différent lorsque l’on passe des pads aux fûts. Méfiez-vous donc de cet aspect des choses, et gardez-vous de débarquer sur scène sans avoir un petit entraînement sur un set acoustique. Mais on pourrait en discuter longuement.

Savoir s’adapter

Pour ceux qui possèdent déjà un set acoustique, ou qui vont en faire l’acquisition prochainement, sachez qu’il n’est pas rare qu’une salle de concert, un festival, ou une fête de la musique vous demande de jouer sur du matériel fourni par l’organisateur. Il faut donc vous préparer à cette éventualité car, même lorsque vous faites partie d’un groupe qui joue régulièrement, ce cas de figure se présente souvent.

Comme moi, vous pouvez exiger de jouer sur votre propre matériel, au risque de vous

Pensez à serrer vos boulons

Pensez à serrer vos boulons

attirer la grogne de l’organisateur – ou de vous faire virer purement et simplement (faut savoir quand on peut insister et quand on peut pas) – qui va flipper pour ses intervalles entre les concerts toujours trop courts (c’est un must), et les insultes d’un ingé son bourru qui n’a pas envie de refaire un line check à la bourre. Ou alors vous pouvez accepter avec sagesse, sachant que vous ne saurez jamais vraiment sur quoi vous allez taper avant de vous poser dessus. Il m’est donc arrivé de me retrouver avec un set de 1973 qui devait être équipé de peaux à peu près aussi vieilles, de m’asseoir sur des tabourets impossibles à remonter si bien que je me suis retrouvé avec les toms médiums au niveau du menton, ou de percer un gros trou dans le tom d’un set d’exercice manifestement pas prévu pour les gens âgés de plus de 8 ans qui font du heavy metal. Bref. Ce n’est pas pour dire que du vieux matos c’est mauvais (perso je joue sur un kit des années 90’ à l’aspect un peu usé mais au son phénoménal), mais qu’il faut rester méfiant.

Je ne vous parle pas des sonorités diverses et variées que l’on rencontre, et des positionnements bizarres de tout le machin-chose, je pourrais épiloguer des plombes et cet article est déjà long.

Pour réduire au maximum la gêne occasionnée par les kits mis à disposition, pensez à emporter avec vous, toujours, sans vous poser de question, et ce peu importe que la liste fournie par l’organisateur contienne ces articles :

Vos baguettes et des paires de rechange. ça paraît con, mais ça arrive d’oublier, et c’est encore plus con. Allez demander à un public villageois de vous fournir des vic first 5A ;
– Votre tabouret, réglable. Pas celui de la cuisine ;
– Votre caisse-claire et le pied qui va avec ;
– Votre pédalier de grosse-caisse, double pédalier si vous en avez ;
– Vos cymbales et charleston, stands éventuellement ;
– Une clé d’accordage, un paquet de mouchoirs et du scotch. On peut parfois corriger le tir de toms tout merdiques avec deux tours de clé et un mouchoir bien collé sur la peau de frappe ;
– Un tapis, quand vous emmenez votre propre matos, ça évite les déplacements de fûts dans des endroits incongrus.

Emmenez vos cymbales

Emmenez vos cymbales

Ce surtout pour garder vos repères les plus importants (caisse-claire, charleston, cymbales et pédalier). Au pire des cas, vous pouvez jouer sans les toms. Vous aurez VOS sonorités sur les éléments les plus importants, et vous savez comment les frapper puisque ce sont les vôtres.

Au moment de vous installer sur scène, prenez toujours 5 minutes pour adapter le set à votre convenance. Placez la ride là où vous avez l’habitude de l’avoir, ajuster vos toms à des hauteurs humaines, vérifiez TOUS les boulons, ailettes et autres machins susceptibles d’être mal vissés ou d’avoir disparus parce que le batteur qui est passé avant vous était un bûcheron texan. Vérifiez que le set n’est pas trop au bord de l’éventuel podium, faites gaffe au trou derrière vous.

Enfin, sachez que quel que soit le matériel utilisé en concert, le vôtre ou non, il va se passer des trucs imprévisibles lors des concerts, des machins qui ne vous sont jamais arrivés, et que vous allez devoir régler pendant que vous jouer ou que le guitariste s’accorde. Habituez-vous à frapper un rythme bateau à une main pour pouvoir resserrer des vis de l’autre.

J’espère que ce n’est pas trop long, j’ai tendance à m’épancher. J’ai fait un paquet de concerts et j’ai rencontré des trucs chelous à peu près à chaque fois. N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions sur tout ou n’importe quoi, je ferai de mon mieux pour y répondre 🙂

Un grand merci à Jay, j’espère que cet article sera utile à tout ceux qui vont faire le premier concert.

A votre avis, le jour de votre premier concert, vous allez prendre quel matériel ?

 

Vous avez des questions, posez-les à Jay, il a promis d’y répondre 😀 !

 

Moi j’en ai une : Jay c’est quoi la pire anecdote de concert que tu aies à raconter ?

crédits photos :  chriskompst; alintx;  zigazou76


Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


9 réflexions au sujet de « Premier concert : comment appréhender le matériel ? »

  1. Tout d’abord, merci de m’avoir publié, je suis honoré de participer, et j’espère sincèrement que ces quelques lignes seront utiles à certain-e-s d’entre vous :).

    La pire anecdote ? Pas facile à dire. Il ne m’est pas arrivé de grosse catastrophe, par chance, mais beaucoup de petites. Il m’est notamment arrivé de débarquer pour un concert dans un petit festival avec le mini matos, donc on me fournissait le hardrive (toms, grosse caisse, pieds de cymbales), mais je n’avais pas pris mon pied de hi-hat (qui aurait dû être fourni, si on suit la logique). J’avais les galettes, mais pas le pied. J’ai donc joué un demi-set sans hi-hat, tout l’accompagnement sur la ride, et surtout une grosse perturbation dans la façon de jouer.

    En plein set, le batteur suivant a eu pitié et m’a déposé son hi-hat pendant que je jouais. C’est anecdotique, mais franchement je l’ai mal vécu. Le pire air con restant quand même le jour où tout mon kit s’est cassé la gueule de son estrade parce que pas de tapis. J’avais pas remarqué que ma grosse-caisse était tout au bord du podium, et qu’elle s’avançait inexorablement vers la chute. J’ai tout essayé pour la retenir mais ça a fini par se désagréger. Heureusement c’était en fin de concert, et le public a cru que c’était fait exprès. Temporairement en tous cas, suffisait de constater mon air désemparé et celui de mes camarades musiciens… On a fini de jouer un peu plus tôt ce jour là 😀

    Genre je démolis mon matos style Keith Moon. Une vraie cata.

    Mais sinon, invariablement, c’est les batteries à disposition, qui tombent en ruinent, ne sonnent pas, grincent de partout…

  2. Le matos disponible lors du concert. C’est le truc que j’appréhende le plus quand le jour de mon 1er concert (proche je l’éspère) arrivera.

    Aujour’hui j’ai la chance de pouvoir jouer sur 4 batteries différentes chaque semaine : mon électro, mon acoustique, celle des cours de musique et celle en salle de répet’ (avec ma CC et cymbales). Se qui m’apprend à savoir m’adapter à différentes configs et Hardware.

    D’ailleurs on parle souvent de penser à prendre sa pédale de GC. Mais si on utilise pas mal de nuances au niveau Charley, c’est bien aussi d’avoir celui auquel on est habitué.

    Je me rappelle la première fois où j’ai tâté de la batterie acoustique. C’était après deux ans exclusivement sur l’électronique (cours compris). Trois jours avant un essai pour un groupe qui me plaisait beaucoup. Et bien ça a été difficile, impossible de faire certains plans à la grosse caisse par exemple. J’ai même failli pas y aller. Mais je ne me suis pas dégonflé, j’ai adapté les morceaux au niveau que j’avais à l’acoustique. Et final, ça a fonctionné. J’ai mis plusieurs semaines à m’habituer.

    Bref, tout ce pâté pour dire qu’effectivement, il ne faut surtout pas négliger le passage de l’électronique à l’acoustique !

    • Tu as eu bien raison de te lancer, faut avoir des c**** ! ^^

      Oui, le passage d’une électro à un acoustique est un gros changement. Je ne l’ai pas vécu personnellement, mais j’ai tâté des deux et je me rends compte de la différence, a fortiori parce que j’ai appris et toujours joué sur des acoustiques. Pour moi c’est beaucoup plus « facile » de jouer sur une électro, on peut « tricher » à plein de niveaux, mais ça ferait sûrement l’objet d’un bouquin si on le voulait ^^

  3. Merci pour ces conseils Jay ! Autre question, j’aurai peut être l’occasion de participer à mon premier concert en juillet prochain, mais dans des conditions un peu particulières, lors d’un convention. Cela veut dire que non seulement le matos mais aussi les autres membres du groupe formé uniquement pour cette occasion me seront inconnus.

    Donc, comment jouer devant un public avec des gens avec lesquels on n’a jamais joué (sauf quelques répètes un peu avant) ?

    • Ca m’est arrivé plusieurs fois lors des galas de fin d’année de l’école.

      Il faut que tu apprennes la structure du titre de l’album. Pas de version Live ou autre sauf si vous vous êtes mis d’accord avant. Et que chacun respecte à la lettre cette structure.

      Après, se méfier des titres qui finissent en Fade. Là pas le choix, faut se mettre d’accord avant sur la façon de finir.

      Autre chose, mieux vaut que tu lances la chanson avec un 1, 2, 3, 4 même si ce n’est pas toi qui commence à jouer. Car c’est toi le gardien du tempo non mais 😉

      Si chacun respecte la structure, te suit et que tu es solide au niveau tempo.C devrais bien se passer. Même si vous ne serez probablement pas pile poil ensemble.

      • Salut liberforce !

        SHwoKing te donne d’excellents conseil, je n’ai pas grand-chose à y ajouter. Clairement, mettez-vous d’accord à l’avance sur les versions des titres que vous allez jouer, ne préparez pas de variations à l’arrache sans les jouer ensemble avant le concert, et décidez de fins simples, effectivement, pour ce qui se termine en fade out (son qui diminue en fin de piste).

        Vous pouvez également travailler sur des versions guitar pro, avec les partitions qui vont avec, ça permet de se caler au mieux sur une structure prédéfinie, sans mésentente ou mauvaise interprétation.

        Après ça reste une situation à éviter. Je pars du principe qu’il faut être « surprêt » avant de jouer en concert. Donc beaucoup de répètes, même sur des reprises simples, il y a toujours des trucs à perfectionner, et surtout l’entente avec les autres musiciens, ce sont des choses qu’on développe après des centaines d’heures de musique commune.

        Mais je suis certain que vous arriverez à faire quelque chose de très bien, et surtout à beaucoup vous éclater surtout si vous évitez de vous prendre la tête.

        S’il y a des ratés, surtout ne pas le montrer sur scène, pas de grimace, de mimique marrante, ou de truc qui puisse montrer au public que vous vous êtes plantés. Souvent le public lambda ne remarque rien ou presque si on ne leur dit pas qu’on s’est trompé.

        « Ne pas oublier que le public est con, mais qu’il ne faut pas le prendre pour un con ». C’est un peu gras, mais en l’interprétant intelligemment, ça marche ;).

        Et ne jamais, jamais, hésiter à recommencer un morceau s’il part mal. Le guitariste était mal accordé, le batteur à un truc qui s’est dévissé, n’importe quelle excuse ou alors aucune. Il n’y a pas de honte à recommencer un morceau quand on n’en a joué que 10 mesures 🙂

        Méfie-toi, en concert on a tendance à tout jouer trop vite, réfléchit bien à tes tempos. Si t’es pas au mieux techniquement, ou nerveux, parce que vous n’êtes pas accoutumés à jouer ensemble, jouer trop vite n’aide en rien. 🙂

  4. Salut à tous ! Je découvre ce site et ses articles intéressants, je pense que je vais revenir régulièrement.
    Sinon moi j’ai une petite anecdote de concert :
    Cet été on a organisé un petit festival pour promouvoir les jeunes artistes locaux qui n’ont pas l’occasion de monter sur scène. Tout c’est bien passé sauf que j’ai fait l’erreur de prêter mon set au batteur du groupe d’avant qui n’avait rien amené (juste sa double ..) alors qu’on avait donné des consignes précises. Quand je suis monté sur scène après leur passage j’ai eu le plaisir de trouver ma peau de grosse caisse explosée .. Grosse frayeur, heureusement j’ai récupérer la grosse caisse d’un autre batteur qui par chance avait son kit complet et j’ai pu faire mon concert presque normalement.
    Maintenant je ne prête plus rien ^^.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article