les 4 prises de baguettes à la batterie

Les 4 prises de baguettes à la batterie

Comment tenir ses baguettes ?

Si vos aussi vous vous êtes déjà demandé (ou pas ! ) comment tenir vos baguettes, sachez qu’il y a plusieurs façons de le faire.

Vous avez sans doute déjà peut-être remarqué ces batteurs de Big Bands qui tiennent leur baguette à l’envers d’une main ;-). Ou bien vous avez passé au ralenti image par image un solo de votre batteur préféré pour savoir comment lui fait pour sortir ce son de son kit.

Avant de vous lister les différentes prises de baguettes possibles, je préfère vous mettre en garde !

La prise de baguette chez un batteur c’est un peu comme « entrer en religion », on a souvent des débats houleux sur les avantages de telles prises ou les inconvénients de telle autre.

D’ailleurs je ne comprends pas toujours pourquoi mon prof me reprend très souvent  : « Tes phalanges, vers le haut, les bras plutôt à 45°, les olives près de la peau, allez Magalie 😉« . Mais bon sur ce coup je lui fais complètement confiance, il sait de quoi il parle, et il est aussi là pour que j’évite d’attraper d’horribles mauvaises habitudes, y compris dans la tenue de baguettes.

Et donc ces prises de baguettes, lesquelles sont elles ?

Il y a deux grandes famille de prise de baguettes : tambour et timbale.

La prise tambour est la prise la plus ancienne, elle vient des fanfares (marching bands) des armées, c’est la prise de baguette traditionnelle. La prise tambour reste souvent la prise préférée des batteurs de jazz.

La prise timbale est une prise symétrique, où les deux mains tiennent la baguette de la même manière, paumes plus ou moins vers le bas. La prise timbale est plus utilisée en style de jeu rock, bien que des batteurs de rocks aiment aussi jouer en prise tambour (sinon ça ne serait pas drôle, hein 😉 ! ) ,comme par exemple Steve Copland qui préfère jouer en prise tambour.

Ensuite au sein de la prise timbale on distingue plusieurs variantes : la prise française, la prise allemande, et la prise américaine.

Chacune de ces différentes prises ont leur avantages (et aussi leur inconvénients, forcément !)

La prise tambour

La prise tambour se caractérise par le fait que la main faible tienne la baguette « par en dessous ». Alors que la main forte tient la baguette normalement « par le dessus ». C’est une prise de baguettes asymétriques.

L’intérêt de cette prise et d’offrir plus de nuances à la main faible et donc de « gommer » un peu les différences entre les deux mains. Ses inconvénients : il est plus difficile de se balader sur le kit de batterie, une descente de toms est plus acrobatique, même si cela reste possible.

La main forte tient la baguette avec une prise timbale, voir plus loin pour les explications.

La main faible tient la baguette par « en dessous ». Pour tenir une baguette en prise tambour, voici les étapes à suivre :

  1. Ouvrir la paume de la main, replier annulaire et auriculaire (bravo vous avez un pistolet invisible, pan ! pan !)

    Prise tambour 1ère étape

  2. Poser la baguette dans le creux de la main à la base du pouce et de l’index et sur l’annulaire replié.

    Prise tambour, 2ème étape

  3. Refermer majeur et index sur la baguette. Le pouce doit pouvoir toucher l’index.

    prise tambour, 3ème étape

Le frappe de la baguette sur la peau vient de la rotation du poignet, comme si vous vouliez démarrer votre voiture en tournant la clé dans le neiman.

Les prises timbales

La prise timbale (ou prise du timbalier, en anglais « matched grip ») est une prise symétrique, les deux mains tiennent les baguettes de la même manière. Les différences proviennent de l’orientation des paumes des mains et de la tenue des baguettes avec tous les doigts ou seulement quelques uns.

La prise française

prise française

Un peu ce chauvinisme, commençons par la prise française. Dans une prise française, le mouvement des baguettes est principalement contrôlé par les doigts. Les paumes se font faces et sont perpendiculaires à la surface de frappe

Cette prise permet d’avoir plus de finesse et est très utilisée par les champions de frisé à 250 bpm.

La prise allemande

prise allemande

La prise allemande, le mouvement des baguettes est contrôlé par le poignet, les paumes des mains parallèles à la peau de la surface de frappe. Cette prise est plus utilisée dans les cas ou la puissance prime (vous avez dit méthôôôôl ?) notamment sur le tom basse. La prise allemande sert aussi de base à la méthode Moeller (méthode pour aller plus vite, inventée par M. Moeller du même nom, allemand de surcroit)

La prise américaine

prise américaine

La prise américaine est un mix des deux prises précédentes. Les américains nous ont regardé faire, nous autres européens, et ont pris le meilleur des deux prises pour en faire un truc plus polyvalent. Donc le mouvement est donné par le poignet et les doigts contribuent aussi, les paumes sont inclinée vers la surface de frappe, mais pas complètement parallèles, et les baguettes forment un angle d’environ 45° l’une avec l’autre. La prise américaine la prise polyvalente par excellence, permettant la puissance de l’allemande et la finesse de la française (sans aucun sous-entendu).

Mais elle est du coup un peu plus compliquée à acquérir.

Mais alors quelle prise est la mieux ?

comme souvent, pas de réponse miracle le mieux c’est d’essayer, de voir avec quelle prise on est le plus à l’aise, et quand on débute il faut s’en tenir à une pour bien d’y habituer, sinon, si on change tout le temps de prise, la seule habitude qu’on prend, c’est de tenir ses baguettes n’importe comment :-p !

Et vous ? Racontez-moi en dessous quelle est votre prise de baguette préférée dans les commentaires 

Si j’en crois ce que mon prof me reprend tout le temps, ma prise serait plutôt une américaine, mais seulement des poignets (on travaille une chose à la fois)



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


Recherches utilisées pour trouver cet article:

yhs-fullyhosted_003, baguette chinoise, tenir baguette batterie, baguette battérie, baguette tambour, yhs-fh_lsonsw, type de bagette de batterie pdf, Il existe combien de tenue baguette de batterie, les position de tenir les baguettes, les passages des batteurs aux batteries,

24 réflexions au sujet de « les 4 prises de baguettes à la batterie »

  1. Bonjour Marsue,
    j’utilise la prise allemande sur les tambours et la prise française sur les cymbales.
    Pourquoi la prise allemande? parce qu’elle permet un jeu ample des poignets et le « coup de fouet » par l’utilisation des avant-bras avec « poignet mort » (totalement relâché) le geste du lanceur de balles.
    😉

      • Expérimente l’exercice,
        place la main droite paume vers la peau puis porte la au niveau de la cymbale ride en position « prête » à contrôler la baguette avec les doigts.

        • effectivement, j’observe une rotation naturelle, et du coup je passe d’une position plutot allemande-américaine sur la caisse claire vers une plutot française sur la ride.
          Par contre, sur le charley, mon prof me reprend sans arret pour que je garde une position américaine 🙁 et ça c’est pas très naturel pour moi …

          • Je te suggère de rendre progressivement naturel cela en abaissant à discrétion ta charley, quitte à la mettre au départ ridiculement basse afin de faire comme la cc via un changement de lieu de frappe plus à gauche (Juste la main droite car si tu travailles avec la main gauche pendant ce temps et en dessous sur cc, c’est short. Mais tu peux toujours le faire si tu veux bosser à faible amplitude dans le même temps).

            Assures-toi une américaine satisfaisante et monte progressivement la hauteur de tes cymbales comme tu les ferais avec une montée en tempo une fois plus d’aisance et de certitude en américaine. Cela diminuera la sensation de la difficulté pour y arriver et en montant progressivement, tu atteindras la hauteur suffisante de charley pour jouer via la gauche sur cc avec et pour t’apercevoir que tu es enfin arrivé à une américaine satisfaisante sur charley.

            Après le reste sera juste le déplacement de la cc vers la charley en américaine que tu peux aussi travailler de cette façon en montant progressivement (enchainement cc vers charley avant palier supérieur par exemple si tu ne veux pas attendre de bien acquérir l’américaine en hauteur opposée via frappe en côté droit).

    • Bonjour,

      Les photos illustrant la prise tambour sont fausses. La baguette ne repose absolument pas sur cette phalange mais sur la deuxième de l’annulaire.
      De plus la baguette droite devrait normalement être tenu différemment si on veut parler de « prise tambour » ; là, elle tenu en prise « allemande ».

  2. merci, je cherchai justement la bonne position du mode tambour, d’après les différente prise,moi j’ai la prise allemande, encore merci pour ton Blog continue comme ça 🙂

    • Hello Virgule,

      bizarre ce que tu me dis là, chez moi elles sont bien présentes … je viens d’essayer d’un autre ordi ca passe aussi
      C’est laquelle de photo qui ne s’affiche pas ? parce je convient que l’article perd beaucoup de son intérêt du coup !

  3. Merci pour ce petit blog.
    J’y apprend les prises françaises, allemande et américaine après … 30 ans de batterie !
    C’est formidable, je suis né en France, j’ai appris au Conservatoire la percussion classique puis la batterie et on m’a toujours enseigné qu’il fallait jouer avec les poignets pour le contrôle de la baguette .
    M’aurait-on mal formé ?
    Le travail des doigts ou la technique qui implique le bras (technique Moeller) est censé arriver bien plus tard dans le cursus d’un batteur .

    IL EST FORTEMENT RECOMMANDE DE NE PAS AVOIR LES PAUMES FACE A FACE SI VOUS VOULEZ APPRENDRE A JOUER DE LA BATTERIE !!!!!!!!!

    Il serait bon de citer vos sources pour ces distinctions de prises nationales, car c’est la 1ère fois que j’en entend parler, et comme j’aimerais bien moi aussi devenir un champion de frisé à 250 BPM …

    • Bonjour Pierre, et bienvenu sur le blog !

      en ce qui concerne les enseignements en France, je suis très mal placée pour en avoir une idée, vu que j’apprends la batterie … aux Pays-Bas, avec un prof qui s’est formé … aux Etats-Unis.

      Les prises que j’ai citées, j’en ai entendu parler un peu partout (prof, forum, internet).
      Mais grosso modo, voilà quelques références :
      http://en.wikipedia.org/wiki/Matched_grip

      La prise « à la française », est une prise plutôt légère, la baguette est maintenue entre le pouce et l’index a sous point d’équilibre, et c’est l’action de des doigts restants qui mettent en mouvement la baguette.
      Exemple en vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=-5Ik428qyGo

      Maintenant, c’est pas forcément la prise « à la française », qui est enseignée en France, hein ! 😉

      Pour un différence avec la « prise allemande » : http://youtu.be/AGpyutI0YAo

    • Considérez alors qu’on vous a bien formé quand vous débutiez… parce que c’est la tradition classique et qu’eux aussi ont été « bien formés ». Et moins bien formé quand vous avez cessé d’être débutant car les explications plus poussées qui auraient du être nécessaires n’ont pas été ou alors on attendait que vous vous démerdiez ou découvriez trop de choses pour avoir l’occasion de réaliser que justement rien n’est figé ou pas grand chose ensuite…

      Pas de paumes face-à-face serait à mon sens un mauvais héritage tambour dans l’enseignement classique de la batterie moins classique que celui du tambour. En effet jouer sur un tambour nécessite de n’avoir jamais les avant-bras parallèles (voilà la vraie raison qui d’ailleurs obligent aussi à respecter un certain angle classique entre les avant-bras minimal et variable selon l’allemande ou la française : de ce fait les paumes ne sont pas strictement face-à-face et avec le poids des baguettes classiques de tambour et la position même du tambour à bras le corps cela est donc dangereux !). Les timbaliers eux ont commencé à respecter cet enseignement et l’ont toujours suivi et pour cause : la dimension de la peau est énormissime et ils peuvent respecter des angles suffisant même à jeu très rapide en frisés et bas volume (enfin bas volume dans un orchestre classique c’est relatif car il y a du monde mais passons…).

      Les paumes se retrouvent face-à-face, peuvent et pafois doivent l’être sur des concepts et techniques plus évoluées. Par exemple, en tendant davantage les bras pour jouer en french sur une peau plus éloignée que la cc. Donc ce face-à-face est légitime voire idéal dans certains cas mais l’enseignement lui n’a pas été vraiment spécifique à celui du batteur moderne des années 30. Et il aurait l’être selon moi dès le départ mais il faut savoir qu’à l’époque, tous les profs reconnus étaient passés par la formation tambour. Je pense qu’ils ont décidés de garder cela pour les débutants car en batterie on peut aussi se blesser (pas comme avec le tambours mais les bras des débutants qui ne respectent pas d’angle constant risque fort de cogner quelque chose et aussi à l’époque, l’enseignement était … à l’ancienne donc pas trop de discussion/évolution possible dans l’enseignement). En classique, cela reste par tradition : les règles sans déroger aux règles… C’est aussi parce que le travail des doigts et bras arrivent plus tard qu’au départ les avant-bras restent quasiment figés voire verrouillés sur ce même angle idéal pour débuter et faire sentir/travailler les poignets aux débutants. Comme le dit Morello, dont le prof était passé par l’enseignement traditionnel (Georges L. Stone) une fois le poignet en mouvement, on passe au bras puis ensuite aux doigts et ce, en respectant toujours l’ordre…

      Pour faire un frisé de champion à 250 bpm, je vous conseille de bien travailler l’ensemble dans cette optique. Le faire avec les doigts uniquement ou les poignets est justement ce qu’il faut éviter de faire. Et personne ne vous le dira ! Sauf moi mais encore une fois, c’est vraiment parce que j’suis sympa…

  4. Ping : 3 étapes pour améliorer la vitesse de sa main gauche

  5. Salut,
    Attention la prise tambour n’est pas correcte… La baguette doit reposer au milieu du majeur…La « pince » est la plus importante dans la prise tambour.
    Félicitation pour ton site ! bel effort !
    Merci à toi !

  6. N’oubliez jamais : La main droite n’est pas la main gauche ! C’est la raison pour laquelle la maîtrise ou l’aisance d’un côté, ne peut se faire par pure transposition… On transpose certes et cela vous permettra, si vous utilisez les prises symétriques de mieux appréhender le changement de côté lorsqu’en travaillant un côté suffisamment, vous passez à l’autre. Une transposition du concept, de la prise telle que définie ou imposée, rien de plus. A partir de là quel apport ? Aucun !

    Il ne s’agit pas de dénigrer l’enseignement traditionnel. La représentation humaine, du débutant (encore plus si vous n’êtes pas adultes) et simplifiée facilite le bon message, la bonne attitude positive. Si j’y arrive d’un côté, pourquoi pas de l’autre ? Et c’est tout à fait cela ! Mais la main droite n’est pas la main gauche. Quelqu’un assez naturellement à l’aise des deux côtés au départ le sent d’ailleurs beaucoup plus nettement. Oui c’est paradoxal, un peu comme les gens qui arrivent à bien voir en 3D : ils peuvent voir le cube face avant ou face arrière pour cette même face bien carrée du cube. Et vous vous en doutez aussi : l’œil droit n’est pas l’œil gauche ! Sinon nous ne pourrions d’ailleurs pas voir en trois dimensions naturellement… Idem pour les jambes : une est forcément plus courte que l’autre et si l’une marchait comme l’autre juste par symétrie, ce serait la chute assurée dès qu’on bouge pour avancer…

    Ne soyez pas surpris au point de tout remettre en question vos positions. Il est non seulement nécessaire de commencer et d’évoluer en prise pour arriver à sa prise bien à soi, une foi un panel de variantes bien utilisées pour arriver à trouver ce qu’il vous faut à partir des règles de bases. Et tout cela, on ne s’en aperçoit pas quand on marche et dans les tâches quotidiennes alors l’habitude viendra aussi sans que vous n’y deviez faire attention à chaque instant comme c’est peut-être le cas maintenant si vous venez de débuter. Souveniez-vous quand bébé vous tombiez souvent pour apprendre à marcher et plus tard à faire ceci ou cela ? C’est un peu la même chose mais en sachant qu’une attention particulière et soignée doit être de rigueur. D’où l’insistance des profs et de l’enseignement pour acquérir au mieux une bonne prise de base. Ensuite, vous apprendrez à marcher de votre propre manière même s’il vous faudra du temps. Sans risquer de vous blesser, ni de vous faire surprendre par une petite douleur qui grandira avec la durée du jeu pour après causer une tendinite ou autre, difficile à gérer pour continuer à jouer.

    C’est la raison pour laquelle, il y a 2-3 règles très importantes qu’on n’indique jamais et qui sont les plus importantes de mon point de vue :

    – Si vous avez la moindre douleur arrêtez immédiatement pour réfléchir sur cette fichue prise qui a l’air d’être respectée ou bonne au début et qui finit par faire mal à la longue.

    – Essayez prudemment le plus de choses possibles et si telle chose semble convenir, gardez-la un temps afin d’essayer de jouer dans de nombreuses situations pour éprouver votre découverte personnelle ou intuition. Sur caisse claire au départ et si c’est toujours ok sur le kit. Cela vous permettre d’acquérir aussi des réflexes de choix de position sur le kit par rapport à telle facilité ou préférence d’enchainement dans l’action ultérieure.

    – Rien n’est figé et sachez aussi que beaucoup de batteurs se retrouvent avec un soucis au bout de quelques années qui peut aussi être dû à trop de restriction de la position par rapport à des règles bien qu’en tant que débutant, il vaut mieux trop respecter les règles pour éviter les pièges que pas assez pour en avoir trop à apprendre. Oui ! Il faut découvrir les pièges aussi (il y en a de nombreux et cela, personne n’en parle non plus…). Ne boudez pas la technique et l’expérimentation/découverte personnelle. Bien sûr évitez de trop risquer et y aller prudemment comme ne pas forcer ou conclure trop vite si vous devez changer de prise pour votre convenance. Quand vous aurez fait des progrès, la prise correspondra davantage à un rendu du son ou du groove qu’un moyen d’éviter d’avoir mal ou de risquer de pas faire comme les autres…

    Alors quelle prise est la mieux ? Celle avec laquelle vous vous sentirez le mieux et si votre jeu est varié, ce que je vous souhaite quand vous n’êtes plus trop débutant alors elle dépend du contexte et de votre groove le plus fréquent. Pour cela, nul doute que vous devez essayer un maximum de chose. N’hésitez pas c’est presque infini en possibilités… Malgré tout, sachez qu’avec une prise, vous pouvez réaliser tout ce que les autres prises peuvent faire et il vaut mieux bien acquérir ses habitudes correctement sur une prise que rester incorrect ou mal à l’aise sur plusieurs. Souvent, les batteurs qui ne changent que très rarement de prise, reste sur leur prise préférée juste par habitude de jouer avec celle-ci… Ma préférée est la prise inversée en main gauche. Souvent plus complexe pour le débutant, elle permet cependant plus de variantes et la réalisation de coups ou de phrasés en sont donc paradoxalement facilité. C’est aussi une élégante façon d’interagir de façon créative car le mouvement, la prise donc la manière est tout un art en batterie, pas que pour la technique… Avec en préférence pour la main droite la prise du Timbalier (Cocorico !). Comme Jojo Mayer, je trouve cela plus naturel et plus accessible en général pour la subtilité. Bien entendu pour stabiliser la frappe ou frapper plus fort côté droit c’est l’Allemande. L’Américaine pour pas mal de variations sur un même instrument (par exemple pour passage franco-allemand « en temps de paix » puisque c’est une « bonne intermédiaire qui s’impose » si on veut minimiser les variations surprenantes de sollicitations, surtout avec les différences propres des éléments du set et de leurs positions respectives…

    Finalement, je les aime toutes et c’est comme toutes les nanas qu’on a pu préférer à un moment donné ou pendant une période plus ou moins longue… Pour une même main et à un instant t, attention à ne pas les préférer toutes en même temps sinon vous n’allez pas vous en sortir…

  7. Ping : Les 3 piliers de l’apprentissage de la batterie

  8. Ahhhh la tenue des baguettes… Que de débats avec mes petits élèves. Ma conclusion finale personnelle c’était « bosse comme on doit bosser, maîtrise les exercices en tenue classique et en matched grip, avec les paumes vers le bas, le haut la gauche la droite…. »
    J’estimais que mes élèves devaient être indépendants — vis à vis du son, du rythme, de la précision, etc. — de leur tenue de baguette. Et ce n’est qu’en maîtrisant (ou tout du moins en expérimentant) toutes les tenues qu’on pouvait faire sa sauce.

    Alors c’est surtout en matched grip que je les faisais expérimenter, puisque je ne forçais jamais les enfants à jouer en tenue classique, même si tout le monde sait évidemment que c’est comme ça qu’on doit les tenir :p

    J’ai commencé avec une prof en matcehd grip, puis j’ai rencontré le prof avec lequel j’ai passé des années et qui m’a abreuvé de Jazz. Je suis donc naturellement passé au classic grip.
    Mais j’en ai rapidement vu les incovénients quand je me suis mis à jouer du Rock. Du coup, pour certaines descentes de toms, ou pour des patterns bien précis, il me fallait un power grip ou matched grip.
    C’est alors que je me suis vraiment rendu compte des avantages de la tenue classic.

    Et depuis je ne fais qu’alterner, même à la volée, entre tenue classique, tambour à la française, à l’allemande (quoique pas souvent, je ne suis pas une brute dans l’âme)
    Et même parfois avec une tenue très légère à la française à droite, sur ma ride et une tenue plus rustre limite allemande sur ma caisse claire et vice et versa.
    Bref, il n’y a pas pour moi, même pour un style de musique, de tenue mieux que l’autre, il y a les goûts et les couleurs.

    Et merci pour cet article fort instructif, et fort bien arrangé. C’est clair, ça me plaît !

  9. Bonjour,
    Je commence tous juste la batterie et j’ai une prise asymétrique, est ce normal ? Américaine limite allemande sur ma main faible et française sur ma main droite… J’arrive pas trop a corriger surtout quand je joue sur la cc. J’essaye pourtant de corriger sur les exercices .

    • Hello Fred,
      T’en fais pas 😉 !
      tant que tu en as conscience.
      Si tu vois que ta prise de baguette commence à te gêner pour réussir à faire des trucs (par exemple si tu était en prise française, tu aurais moins de « force » pour faire des frappes plus fortes »)
      C’est super dur d’avoir une prise rigoureusement symétrique, tant que ça marche pour toi …

      Magalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article