6 réponses

  1. Renaud
    9 octobre 2014

    Merci Magalie, super article et super réponse à ma question 🙂 C’est aussi très motivant, quand on rencontre des difficultés physiques, de constater que d’autres s’en sortent en affrontant des problèmes 1000 fois pires!!

    Répondre

  2. Laurent
    9 octobre 2014

    Bien inspirant tout ça !
    Et très bons conseils à la fin pour booster sa créativité.
    Prochaine contrainte pour moi : plus de pied gauche, pied droit, main gauche. Comme ça, plus de problème d’indépendance/coordination 😉
    Sinon j’ai bien hâte de découvrir le programme que tu nous prépares !! 🙂
    Laurent Articles récents..2 trucs à savoir pour jouer du PUNK à la batterieMy Profile

    Répondre

  3. Xavier Rogé
    9 octobre 2014

    C’est un excellent conseil effectivement .

    Je conseil aussi lors de mes master class de réduire les paramètres sur lesquels on choisit de travailler afin de se donner d’autres idées.

    Par exemple , n’improviser qu’avec des croches et sans faire de silences … mais en utilisant toute la batterie ( rims , coté des toms , grosse caisse , charlet etc… ) , ou alors , improviser , mais sans aucune contrainte rythmique , complètement libre du tempo , de manière à se concentrer exclusivement sur le son … , l’orchestration , les nuances, etc … etc… etc…

    Pas facile au début , mais tellement enrichissant !
    Xavier Rogé Articles récents..Rythmique expliquée : l’arrangement d’Unfaithful en 7/16 d’Ibrahim MaaloufMy Profile

    Répondre

  4. Mag autre étenelle débutante
    10 octobre 2014

    Tout simplement magnifique

    Répondre

  5. Udrum
    22 octobre 2014

    Re !

    C’est moi ! Vous allez dire « qui ça ? ». Udrum, l’âme du batteur inconnu. Hi, hi, je dis l’âme car rassurez-vous je suis mort depuis peu. Etant mort c’est l’avantage de ne plus être dérangé à chaque minute en ce bas monde…

    En tant que mort inconnu, je reste humain et je reviens sur les lieux terrestres qui m’ont plu. En mode light only ! Quel beau sujet et qui coïncide en plus ! La mort n’est pas une fin, un blocage ou un handicap tel qu’on le conçoit encore de nos jours… Elle est une transition. Alors que je croyais faire des progrès réguliers tous les jours, je réalise que mes progrès n’étaient qu’exponentiels.
    Trois ans de batterie en novembre prochain et voilà que j’ai fait le tour selon la réalité de la percussion et non pas selon telle représentation de carrière, de pédagogie conventionnelle ou d’image de je ne sais quoi…

    Lightly, je dirais qu’ils ont surtout profité de l’image du dépassement de l’handicap pour durer ou pérenniser leur succès qui ne pouvait pas s’éteindre comme ça. Et c’est tant mieux pour eux, quelles qu’en soient leurs intentions louables ou plus matérielles. Car trop de gens, même chez les stars, lâchent facilement ou n’encouragent pas en fuyant tel autre devant changer de vie…

    Le bonheur de vivre ou d’être heureux : ce n’est pas la vie ou le style que vous menez qui a un quelconque rapport même des conditions minimales sont indispensables pour la plupart des individus. Mais on l’oublie trop souvent !

    Et ce qu’on oublie davantage c’est que, hormis des excuses pour cela, rien ne peut vous enlever votre bonheur ou joie de vivre. Si c’est le cas ce n’est pas du bonheur réel ou sincère. Il n’est pas encore le jour où on pourra vous voler comme ça un sentiment positif fort comme une passion, un rêve durable, …Etc.

    Lightly en une phrase : comme quoi le plus important est d’être pas d’avoir, chocolat ou pas… Vivez comme ceci avant de mourir car sinon le jour J vous risqueriez de tout perdre et de n’avoir pas la possibilité de conserver de belles choses en vous (celles qui vous font grandir, rester heureux après, évoluer…).

    Répondre

  6. Aurelien Knaub
    16 mars 2016

    Super, et plus que le batteur c’est vraiment l’humain qui est inspirant.

    Ton conseil d’enlever un élément de la batterie est très bon, on a la chance d’avoir un instrument facilement modifiable, autant en profiter !

    Rechercher le groove en travaillant sur des pads est quelque chose que je fais régulièrement.
    Ça me pousse à chanter, à ressentir ce que je fais même quand le son qui en sort n’est qu’un « pok »…

    Aussi, Kévin Paradis, batteur français, s’est cassé le bras gauche il y a quelque temps et s’est donc amusé à adapter sa batterie à la manière de Rick Allen.

    Le résultat en images :

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour au début
mobile bureau