Pourquoi les résultats peuvent vous freiner dans votre jeu de batterie

jouer de la batterie sans but, sans stressQuand vous vous asseyezsur votre tabouret pour jouer de la batterie, vous avez toujours une idée en tête. Réussir à jouer tel rythme, pouvoir passer celui là à telle vitesse. Réussir à jouer le morceau de A à Z sans s’arrêter par dessus la musique.

Toutes ces attentes, c’est ce qui vous pousse à vous améliorer, c’est le but à atteindre.

Et si tout cela se mettait en travers de notre chemin ? Et si toutes ces attentes nous empêchaient finalement de vraiment faire de la musique.

Le stress du résultat

Faire de la musique, jouer de la batterie, ça peut être frustrant tout autant que « kiffant ». Tellement de trucs à apprendre, à maitriser, la coordination des membres, la technique, le solfège rythmique, …

Dans notre société actuelle, on valorise le résultat, arriver à quelque chose. On dit qu’on a réussi quand on a atteint notre objectif, on ne valorise pas du tout le fait de simplement, tous les jours, s’atteler à la tâche.

Combien de fois vous êtes vous assis sur votre tabouret, avez passé une demie heure, une heure à essayer de passer un truc qui ne voulait pas ? Quel était votre état d’esprit à ce moment là ? Frustré?  énervé?  dégouté ?

Et pourtant vous avez « fait » quelque chose, vous avez passé ce temps derrière votre instrument, à le bosser ! Et ça c’est déjà un super résultat.

Vous n’avez pas idée de nombre de batteries qui prennent la poussière faute de propriétaire qui préfère passer du temps devant la télé.

On devrait plus applaudir un batteur qui consciencieusement prend ses baguettes 10 minutes tous les jours, que celui qui une fois par mois se fait un gros marathon de 4 heures le samedi après-midi.

Jouer de la batterie sans attentes, jouer pour jouer.

Alors oui, c’est bien d’avoir des buts, des objectifs à atteindre, ça permet de savoir où on va.

Le revers de la médaille, c’est de penser que ce qu’on fait ça n’est jamais assez bien, qu’on est jamais assez bon, qu’on a jamais assez bien joué tel ou tel morceau.

Et cette pression du résultat, elle est souvent là, latente, inconsciente. C’est ce qui va déterminer notre humeur, si oui ou non on arrive à jouer ce qu’on s’était fixé comme

Avoir des attentes qui nous freinent

Avoir des attentes qui nous freinent

objectif (même inconsciemment)

Je ne sais pas vous, mais moi, je joue mieux « sans pression », c’est dingue le nombre de fois où j’ai joué un truc tout foireux devant mon prof  alors que ça passait nickel à la maison.

Le stress de la « performance » …

Et c’est là que mon prof me dit: « c’est cool Magalie, prends ton temps, il n’y a pas de stress, je sais que tu sais le jouer »

Et du coup ça passe comme une lettre à la poste.

On n’a pas besoin de viser parfait du premier coup. On peut travailler un nouveau rythme, et peu importe le résultat, on aura déjà fait un bout de chemin pour arriver à le jouer.

C’est comme acquérir de la vitesse à la double pédale, c’est long, c’est fastidieux, on ne voit que ce qui reste à faire et on ne réalise pas toujours le chemin déjà parcouru !

Si vous vous retrouvez à râler parce que vous trouvez que vous ne jouez pas assez bien. Faites une pause, et prenez ce temps pour regardez tout le chemin que vous avez déjà parcouru, vous risquez d’être surpris !

Jouer de la batterie ça doit être un plaisi, si ça n’est pas le cas, alors peut-être que vous vous en demandez un peu trop.

Faites de la musique

Alors la prochaine fois que vous vous mettrez à votre batterie, même si vous avez décidé de bosser tel ou tel aspect, laissez coulez, faites vos exos, sans la pression de

Faire la fête

La plaisir avant tout

réussir, écoutez un peu plus ce que vous jouez, écoutez votre musique, mettez le « kif » au centre de votre jeu.

Bref faites de la musique.

Et voyez où ça vous mène.

Voilà c’était la réflexion du dimanche matin (après un sale moment à pester parque les rudiments que je bosse ne passent à la vitesse que je souhaite !)

Est-ce que ça vous est déjà arrivé à vous de sortir de « sale humeur » d’une séance de batterie, de ne pas être satisfait, content, bref d’être passé à côté du plaisir de jouer de la batterie ?

 



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


12 réflexions au sujet de « Pourquoi les résultats peuvent vous freiner dans votre jeu de batterie »

  1. excellente réflexion du dimanche matin, c’est exactement mon ressenti,
    pour voir le chemin parcouru, je retourne chercher des morceaux que j’avais abandonnés il y a quelques temps faute de réussite, et là…
    je m’étonne de la facilité de progression.
    petit truc.. n’ayant pas toujours le temps de m’assoir une heure devant ma batterie, j’ai pose sur mon bureau un pad et 2 baguettes je pratique donc les roulements 2 a 3 minutes 10 fois par jour et ca progresse!!!!

  2. Salut Magalie,

    J’ai aussi tendance à me prendre la tête quelquefois et c’est vrai que j’ai beaucoup de mal à évaluer ma progression pour ne retenir que ce qu’il me reste à apprendre !
    Et, il y a les séances où tout passe tout seul du 1er coup et les séances laborieuses qui ruinent le moral. Dans ces cas-là, je me dis « Tant pis, ça ira mieux demain » et je me rends compte que ce n’était pas du temps perdu mais un temps nécessaire pour assimiler une nouvelle difficulté.

    A+

    FR{ed]C
    FR[ed]C Articles récents..FR[ed]C et les 40 rudimentsMy Profile


    • En fait, parfois en commençant une session, on peut essayer de prendre ses baguettes en travaillant un exercice sans avoir d’attentes particulières par rapport aux résultats à atteindre.
      Ca pourrait enlever une partie du stress, et on profiterait mieux de nos séances …

  3. Bonsoir Magalie
    Moi aussi, j’ai des jours avec et des jours sans. Quand je vois que cela ne passe pas, soit je fais des rudiments ou je reprends une ancienne partoche, ou soit je vais m’aéré , et je recommence, et là cela va mieux. Même avec mon prof, parfois je suis stressé et là c’est la catas, et d’autres fois c’est cool, ça passe tout seul. C’est vrai que l’on ne regarde pas le chemin parcouru, alors on se dit je n’y arriverais pas, et c’est que mon prof me dit que j’ai fais beaucoup de progrès. Et là çà remotive, quand on regarde derrière.
    Bonne soirée
    Didier

    • Je pense qu’un prof c’est aussi pour cela que c’est bien, il nous permet non seulement de nous dire ce qui ne va pas, mais aussi de nous rappeler tout le chemin et les progrès qu’on a fait !

  4. Salut Mag et tous les « apprentis » batteurs.
    Moi aussi çà m’arrive de m’ennerver derrière mes fûts , je gueule fort , je jette mes baguettes quand çà ne marche pas…(c’est rigolo) mon épouse a l’habitude de m’entendre râler . Donc dans ses moments là , je prends une bière , je vais faire un petit tour dehors et je reprends plus tard.
    A+ chris 82

    • Je crois qu’on en est tous un peu là !

      Je m’engueule copieusement et à haute voix, sachant que je joue au casque sur batterie électronique ça doit avoir un certain effet comique pour le reste de ma famille 😉

    • Ca peut valoir le coup d’essayer parfois, de s’asseoir à son instrument, et de façon intentionnelle se dire, : « OK aujourd’hui je vais jouer tel truc, sans m’attendre à y arriver, et de juste voir ou on arrive, et de considérer que c’était un bonne séance car de toute façon, peut importe le chemin parcouru, on a déjà avancé, même un tout petit peu, comparé au début de la séance …
      Et peut-être sans l’attente de réussir, et le stress qu’on se met, il se pourrait que ça passe mieux …

  5. Salut Magalie !

    L’article tombe à pic, je viens d’avoir eu l’effet inverse : à force de bloquer sur un exo de double, j’ai lâché l’affaire pour me concentre d’autres exo. Ça m’énervait tellement de rester bloquer à des vitesses si basses alors que j’écoutais mes groupes préférés jouer à des vitesses inatteignables !

    Un mois après, je reviens sur le premier exo, que j’arrivais à peine passer à 10-105 bpm, et là, surprise : il passe à 120 bpm crème ! Comme quoi des fois ça sert à rien de s’acharner, il y a tellement de façons différentes de progresser. Donc là gros coup de pouce au moral 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article