Interview d’un professeur de batterie génial

Interview d'un prof de batterie génial

Interview d’un prof de batterie génial

Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, ça n’est pas moi qui vais parler le plus !

J’ai eu la grande chance de pouvoir interviewer mon prof de batterie, qui a eu l’extrême gentillesse de se prêter au jeu des questions. Sans lui, il n’y aurait pas de blog Batteur Débutant, ou pas dans cette forme-là j’en suis sûre ! Trêves de bavardages, laissons la parole à Matthijs.

Dans cette vidéo vous allez découvrir :

  • Qui est dans l’ombre et me dévoile nombreux des secrets que vous pouvez retrouver sur ce blog
  • Comment prononcer correctement « Matthijs de Ridder » sans écorcher son nom, ni vous déformer le visage de façon permanente.
  • L’approche qu’a Matthijs quant à l’apprentissage de la batterie et de la musique en général
  • Comment aborder les solos de batterie
  • Et l’ultime conseil de Matthijs à celui qui apprend à jouer de la batterie

Vous n’y comprenez rien ? Mon accent est horrible ? Pas de panique, l’interview est sous-titrée en français (démarrez la lecture, et cliquez sur l’icône en forme d’enveloppe en bas à droite de la vidéo pour activer les sous-titres si cela n’est pas encore fait), et la traduction est dispo juste en dessous pour les plus flemmards 😉

A la fin de la vidéo, posez votre question à Matthijs, en dessous de l’article, dans les commentaires, il m’a promis de répondre en vidéo !

Les bons plans de Matthijs

Transcription littérale de l’interview

Mag : Bonjour et bienvenue dans cette nouvelle vidéo de Blog Batteur Débutant, aujourd’hui c’est une vidéo assez particulière pour moi puisqu’aujourd’hui j’interviewe mon professeur de batterie qui est Matthijs de Ridder ici présent, et comme il ne parle pas très bien français, on va changer de langue.

Mag : Bonsoir

Mat : Bonsoir

Mag : Comment ça va ?

Mat : Très bien, et toi ?

Mag : [hésitante] bien, bien. Tu es un professeur de batterie ?

Mat : Tout à fait, oui

Mag : et tu es aussi batteur.

Mat : un batteur, un musicien, oui

Mag : j’ai une dizaine de questions, mais je ne peux pas le faire en néerlandais…

Mat : on y va en anglais !

Mag : ouais, c’est mieux !
Matthijs, merci beaucoup d’accepter cette interview, je te suis très reconnaissante parce que quand je prends des cours avec toi ça m’aide beaucoup pour le blog, donc grâce à tes cours je peux faire vivre le blog.
Avant de commencer avec les questions, pour les gens qui ne te connaissent pas, quel est ton parcours, comment ça a commencé pour toi, en gros ?

Mat : Eh bien, je suis originaire de La Haye, c’est aussi là que donne des cours, et j’ai commencé à jouer de la batterie quand j’avais treize ans, à peu près… J’ai juste pris des cours, j’étais attiré par la musique, je me souviens que j’écoutais tout le temps de la musique, j’ai commencé à écouter Nirvana quand j’avais douze ou treize ans, à écouter beaucoup de musique. A un moment, j’ai arrêté de jouer au foot, et j’avais envie de faire autre chose. Ma mère avait une collègue dont le fils jouait de la batterie, elle en parlait et moi l’instrument m’intéressait déjà. On s’est organisés et on a essayé des cours à différents endroits, et je suis tombé sur l’école de batterie de Cesar Zuiderwijk, que les gens connaissent peut-être au travers d’un très bon groupe qui s’appelle Golden Earring, c’est un groupe qui vient également de La Haye. Et donc il a monté une école au début de …
J’ai trouvé un groupe, je jouais avec eux, et mon prof m’a incité à étudier au conservatoire. Il m’a dit « Si tu veux faire ça, intéresse-toi à des batteurs plus anciens, des batteurs de jazz, étudie l’histoire de la musique ». A un moment je voulais étudier le droit, mais il m’a incité à aller plus loin en musique.

Mag : ok

Mat : Et donc j’ai eu envie d’essayer de présenter le concours d’entrée au conservatoire de Rotterdam. Et c’est comme ça que ça a commencé pour moi.

Mag : La première question que je pose à tout batteur, c’est : est-ce que tu te souviens de ta toute première batterie ?

Mat : oui… ma batterie personnelle, ou la batterie en général ?

Mag : la tienne.

Mat : ma batterie, oui, je me souviens quand je l’ai eue… Mes parents m’ont dit « prends d’abord des cours, et ensuite on verra avant d’acheter une batterie ». Donc à un moment je prenais des cours pendant un an, et je pouvais pratiquer en louant un local, mais j’avais vraiment besoin d’avoir ma propre batterie. Mon père est allé au magasin, il m’a appelé et il m’a dit qu’il était à ce moment à Rock Palace, le magasin de musique à La Haye, qu’il était en face de cette batterie, qu’elle coûtait tant… Il m’a demandé si je la voulais, j’ai dit que j’en avais envie, et c’était mon anniversaire à ce moment-là, en été, et il m’a dit que je l’aurai pour mon anniversaire et aussi parce que j’avais besoin d’une batterie. C’était une Pearl toute neuve, la série Forum, la première série…

Mag : Le style de musique… Quel est ton style de musique préféré, qu’est-ce qui t’inspire le plus, dans quel style tu trouves le batteur qui t’inspire le plus ?

Mat : C’est une question difficile. Je pense que pour beaucoup de gens c’est une question difficile, parce que tu ne peux pas désigner une seule catégorie… Je pense que je peux surprendre des gens avec certains des trucs que j’écoute. Je trouve beaucoup d’inspiration dans le jazz, depuis de nombreuses années et ça ça paraît évident pour ceux avec qui je discute, que j’aime vraiment le jazz. Mais ces dernières semaines, mais à nouveau écouté pas mal de hip-hop, et j’aime aussi beaucoup cette musique. Mais si tu te plonges dans le hip-hop, tu tombes aussi dans la soul, parce beaucoup de semples et de rythmes viennent du funk et de la soul.
Et cette musique est très reliée au jazz, parce que si tu regardes les musiciens qui jouaient pour le label Motown, c’étaient des musiciens de jazz, de Détroit.

Mag : Pour en venir à l’aspect enseignement de la musique, étant un professeur expérimenté, quelle est l’erreur la plus fréquente que tu observes parmi tes étudiants, peut-être pas l’erreur, mais la difficulté que les gens rencontrent le plus souvent en apprenant la batterie ?

Mat : Eh bien… bonne question, en réalité ! Il y a des choses que chacun fait quand il commence à jouer et pratiquer, par exemple, sur la vitesse de jeu. Tout le monde commence par jouer très vite. Et je dis toujours, essaie de regarder [le morceau], de le jouer lentement, de l’écouter, puis à partir de là, de le jouer.
Donc si tu as un exercice sur une partition, tu le vois écrit, c’est juste une suite de notes, tu ne peux pas encore l’entendre. Mais tu peux t’imaginer être un robot qui observe la partition et qui joue ce que la partition lui dit de faire derrière la batterie. Et à un moment, tu te transformes, du robot en un être humain qui joue ce qu’il entend. Donc, tu vois cet exercice, tu ne sais pas ce que ça donne, mais tu peux le jouer, parce que tu sais lire la partition. Donc tu le joues lentement, tu ne le joues pas vite ; parfois les gens voient le début d’un exercice, ils se disent « oh, ça je sais faire », mais ils ne voient pas le passage difficile un peu plus loin dans le groove ou dans l’exercice. Donc ils commencent rapidement, genre c’est facile, et quand ils arrivent à la difficulté, ils s’arrêtent et donc ils n’entendent pas ce qu’ils sont en train de jouer.
Alors ce que je dis à tout le monde, c’est commence lentement, si c’est un exercice ou un rythme technique, et laisse la partition dicter ton jeu, dans le cas où tu apprends avec une partition ou un livre, et après un moment, transforme-toi en l’être humain qui joue à l’oreille et oublie la partition. Ainsi tu intègres l’exercice.
Ça c’est la vitesse, c’est une erreur commune de jouer très vite. Une fois j’étais à un atelier de batterie sur trois jours – je pense que tu devrais y participer l’année prochaine, c’est organisé par l’école où j’enseignais auparavant, et le magazine de batterie Slagwerkkrant, qui est très connu ici aux Pays-Bas, et ils organisent le drumdriedaagse, trois jours de batterie. J’animais une classe, et quelqu’un a joué un exercice technique, et je lui ai dit – et il n’était pas question d’une erreur, c’est aussi sur l’approche – « quelle note te donnerais-tu sur cet exercice, de 1 pour mauvais à 10 pour le mieux que j’aie pu faire ». Et il était en train de jouer, je ne faisais aucun commentaire, j’étais juste intéressé par ce que lui en pensait. S’il s’était donné un 8 ou un 9, et moi je lui avais donné un 4 sans lui demander ce que lui se serait donné et commencé à le casser sur son jeu, il aurait été surpris. Il était enthousiaste, je l’étais moins, et j’aurais commencé à le casser… Et donc il m’a dit, 7, 7 et demi ; je lui ai demandé pourquoi, il m’a donné des raisons… et je lui ai dit, bon, je comprends ce que tu veux dire, mais il y a des choses auxquelles tu devrais penser, sur la façon dont tu joues, appuyer les accents… Je ne me souviens pas exactement de l’exercice, mais je me souviens qu’il était enthousiaste. Et j’étais moins enthousiaste. Et alors je lui ai dit, ne sois pas trop satisfait trop vite… Il ne s’agit pas d’être toujours déprimé par ton jeu, mais garde l’esprit ouvert sur ta façon de jouer, du style, « qu’est-ce que je peux améliorer ? », et aussi regarde ce que tu fais de bien. Et à partir de là tu peux grandir, et devenir ton propre entraîneur. Parce qu’en tant que batteur, tu pratiques dans un local comme celui-ci, et tu n’as pas un entraîneur de foot en train de te crier dessus, genre « bouge par là » ou bien « attrape la balle comme ça »… non, tu dois le faire toi-même, donc tu dois être deux personnes à la fois, être ton entraîneur, et être… être toi-même, être l’artiste, le batteur, le musicien.

Mag : Quelle est ton approche de l’enseignement de la batterie ? On a déjà un peu abordé ça, mais, est-ce que tu suis une méthode de batterie, quelle est ta façon d’enseigner ?

Mat : J’ai une méthode, bien sûr. Si quelqu’un vient ici et n’a jamais touché une batterie… Chaque jeune, chaque adulte est différent dans ses débuts à la batterie. Donc si quelqu’un vient ici et veut simplement prendre des leçons en n’ayant jamais joué de l’instrument, il reçoit la procédure standard : je lui montre un rythme basique. C’est un truc fondamental pour moi, de créer une connexion à la musique le plus rapidement possible. Bien sûr, il se peut que ce soit une erreur, et j’en suis conscient parce que tout le monde n’est pas intéressé par la musique. On voit comment ça évolue au fil du temps… C’est difficile si quelqu’un me dit « hé, j’ai envie de jouer des solos de batterie », il me voit moi, le prof, ou d’autres batteurs, jouer ce genre de chose, mais il ne se rend pas compte du travail qu’il y a derrière, pendant des années, et il ne va pas jouer dans un groupe ou avec d’autres artistes, donc… C’est juste pour faire son truc sur la batterie, prendre du plaisir à jouer, mais ce n’est pas quelque chose que tu peux enseigner au début, évidemment.

Mag : Quand on écoute un solo… Il faut avoir un très bon sens du temps !

Mat : oui !

Mag : Et pour atteindre ce niveau…

Mat : C’est aussi beaucoup de technique, de pratique rébarbative… Ils ne voient que la partie…

Mag : sympa.

Mat : J’ai pris une fois l’exemple de l’athlète qui gagne une médaille d’or aux Jeux Olympiques. C’est chouette quand tu le vois… Aux Pays-Bas on avait une super nageuse, elle a gagné plusieurs médailles olympiques à Londres, mais on ne voit que ça. On ne voit pas quand elle se lève à cinq ou six heures du matin, qu’elle prend son vélo pour aller à la piscine, que parfois elle pleure parce qu’elle ne peut pas aller à des soirées – je ne pleure pas quand je travaille ma technique, au fait ! Mais la plupart des gens ne me voient pas travailler ma technique, ou ma frustration lors de répétitions ou après un concert… Si ils voient un solo qui en jette, ils peuvent se dire « j’ai envie de faire ça moi aussi », mais il faut… Ça devient un style de vie. Parfois on me dit « moi j’ai juste envie de faire ça », je dis « commence là, et commence par prendre plaisir à jouer dès le début », sans faire de solos ou ce genre de truc…

Mag : Et toi, comment entretiens-tu ta technique, tu as une routine ?

Mat : non, je ne suis pas très bon pour ça… Je pratique beaucoup, mais c’est pratiquer/jouer. J’ai besoin de jouer de la batterie, je pense, quasiment chaque jour. J’essaie de jouer, une heure ou deux. Et il y a parfois des moments où j’ai vraiment envie de travailler sur certains trucs. Il y a ce Rudimental Ritual, ça vient d’un livre, développé par un grand batteur de jazz qui s’appelle Alan Dawson. Il a été le professeur de Tony Wiliams – un batteur de jazz. Et ce Rudimental Ritual – que tu peux aussi trouver sur youtube, est un super exercice technique. Parfois je travaille là-dessus, toi et moi on a fait quelques trucs techniques comme Rolling In Rythm, du livre de Wilcoxon. Mais des fois je travaille simplement le tempo, avec le métronome. Il existe une super application qui s’appelle Time Guru – je ne sais pas si j’ai le droit de parler de ça…

Mag : ouais ouais, balance !

Mat : Bref, c’est une super application et tu peux avoir par exemple deux mesures avec le métronome et deux mesures sans, et je joue sur le temps, je fais un groove…

Mag : Et donc tu dis que tu es très influencé par le jazz et c’est vraiment ton truc, mais tu n’enseignes pas forcément la batterie jazz, donc est-ce que le jazz, l’approche du jazz ont une influence sur ta façon d’enseigner ?

Mat : non…

Mag : Comment tu t’y prends avec des étudiants qui n’aiment pas le jazz ?

Mat : Non, je ne vais pas leur parler de jazz s’ils ne sont pas intéressés. S’ils commencent à jouer dans un groupe, et qu’ils doivent être un peu plus autonomes et mais qu’ils veulent continuer à prendre des cours, je leur demande s’ils ont envie d’écouter de la musique brésilienne, de l’Afrobeat, peut-être de vraiment s’intéresser au hip-hop, ou à d’autres sujets très spécifiques. On ne parle plus de façon générale, mais on regarde une chanson, ou le jazz. Je peux leur demander, s’ils sont intéressés on en parle, s’ils me disent non, ça ne m’intéresse pas, je ne vais pas les embêter avec ça. Ce que je fais, c’est ces exercices techniques comme ceux que je t’ai donnés, et ils sont joués par de nombreux musiciens de jazz. Par exemple, Rolling in Rythm est dédié à Joe Morello, un batteur de jazz, bien sûr, le batteur de Take Five. Et donc je donne des trucs qui viennent de mon parcours de jazz et je les utilise comme exercices que mes étudiants peuvent utiliser pour eux-mêmes. Donc je ne dis pas de jouer ça uniquement quand je joue du jazz, je donne ça en disant « voyons ce que tu peux faire avec ça ».

Mag : maintenant une question moins formelle, si tu rencontrais quelqu’un qui apprend la batterie, en vacances, très loin d’ici. Tu sais que tu ne reverras jamais cette personne, et tu veux donner à cette personne le conseil le plus important qui soit. Ce serait quoi, le conseil le plus important pour l’apprentissage de la batterie ?

Mat : ce serait de jouer avec d’autres musiciens, de chercher un bassiste, un guitariste. Pas besoin que ce soit le groupe parfait, juste commencer à jouer avec d’autres, expérimenter, faire de la musique avec d’autres, et s’amuser. Ne joue pas avec des gens avec qui ça ne passe pas, parce qu’au début tu fais ça pour t’amuser, alors fais en sorte de t’amuser et amuse-toi avec d’autres et vois ce qui en sort. Prendre des leçons c’est super, mais il faut commencer à jouer.

Mag : jouer pour de vrai…

Mat : oui !

Mag : ok, je crois que j’ai fait le tour de mes questions… Tu as des projets musicaux, des trucs sur lesquels tu travailles ?

Mat : En ce moment, je ne fais pas grand-chose sur le plan musical… J’ai joué avec pas mal de gens, enregistré des disques, récemment on m’a demandé de remplacer d’autres batteurs, et j’aime ce genre d’expérience où tu dois vraiment bosser dur pour bien connaître les chansons, et puis il y a une tension, une pression pour que le concert se passe vraiment bien… Donc j’aime travailler en indépendant, on m’appelle et je fais un ou deux concerts ou je remplace quelqu’un, et ça c’est quelque chose que j’aime bien. Et désormais je veux me concentrer sur la création de ma propre musique. Donc je ne fais pas tant de batterie que ça en fait, mais je crée des rythmes avec un sampler, de la même façon traditionnelle que les musiciens de hip-hop, et j’ai envie de créer un métissage musical     avec des samples et jouer la batterie moi-même. Donc il se pourrait que je fasse de la musique chez moi, je programme un rythme de batterie et je le joue ici , ou l’inverse, mais je veux simplement produire mes propres morceaux, je ne cherche pas à faire un album, mais juste voir si je peux collaborer avec d’autres musiciens, des rappeurs, des chanteurs, des auteurs… et voir ce que je peux en faire.

Mag : alors… [en néerlandais] bonne chance !

Mat : Merci !

Mag : J’espère que ça va marcher… Merci beaucoup.

Mat : De rien.

Mag : On te verra sur Batteur Débutant…

Mat : Super !

Mag : … Le blog pour les débutants à la batterie. J’espère que l’interview t’a plu.

Mat : Beaucoup, oui, c’est très sympa à faire.

Mag : Merci !

 

N’oubliez pas de poser votre question à Matthijs pour qu’il puisse vous répondre en vidéo !

Il me l’a promis !

 



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


Recherches utilisées pour trouver cet article:

alan dawson ritual, Aprenant baterie, écouter cette musique elle est géniale, Entant q un apprenant de la batterie que dois je faire pour evoluer et devenir fort, salaire professeur de batterie,

12 réflexions au sujet de « Interview d’un professeur de batterie génial »

  1. sympa comme interview, j espere le premier d’ une longue series… bonne continuation, ce blog est super pour commencer. salutations a tous et particulierement a Mag.. Bye

  2. Bonjour !

    Merci pour cette interview très intéressante de ton prof. Les sujets que tu développes sont non seulement motivants mais complets aussi. Puisqu’il t’inspires dans ces sens, remercies le sincèrement pour l’ensemble que je trouve pertinent. Le plaisir de l’instrument sans oublier les objectifs, partages et émulations que cela provoque, en France comme ailleurs !

    Pour le conseil le plus important, je vais attendre un peu : je suis débutante et j’en suis à mon 3ème cours de batterie ! Mais cela faisait un moment que j’hésitais entre la batterie et la basse pour faire de la musique sérieusement. Mais bien sûr, moi aussi j’aimerais jouer dans un groupe plus tard. J’ai pas mal de boulot mais comme j’ai tout à apprendre, je sens quand même que j’avance plus sereine !

    Musicalement votre !

    Géraldine

  3. Bonne idée que d’interviewer ton prof; toujours intéressant de connaitre le cursus ,les gouts et les conseils de pro. De plus on dirait Phil Collins avec des lunettes .Il a une bonne approche avec des avis pertinents. Sympa quoi !

  4. c’est toujours un plaisir de découvrir tes articles et les liens qui sur le web qui vont avec continue à nous faire aimer la batterie et surtout à ta façon
    bises
    gérard

  5. trés bonne idée ,cette interview.
    un bon moment en compagnie de ton prof.
    il a l’air vraiment sympa et intéressant a écouter,tu as de la chance.

    merci a vous de partager votre passion de la batterie avec nous.

  6. C’est vrai qu’en tant que batteur, la plupart même tous je dirai cherchent la vitesse, mais mon professeur m’avait donner un conseil du même genre que celui de ton prof : plus tu sais jouer lentement, plus tu sauras jouer vite (à méditer ^^)

    Merci en tout cas à ton professeur pour les conseils 🙂

    J’ai une question : Fait-il que de la batterie ou d’autres percussions ? Car personnellement, j’ai goûté au xylo (et bientôt vibra) et je suis fan ^^ Ca repose les oreilles en plus ^^

    • Hello Etienne et bienvenue sur Batteur Débutant.

      Alors pour répondre à ta question, je dirais : fais-toi plaisir !!!
      plus tu élargis ton « spectre » plus tu verras des liens entre les différents instruments, et l’approche de l’un complémentera celle de l’autre.

      Amuse-toi avant tout, c’est le plus important.

  7. Salut Mag,
    encore une fois tu t’es surpassé!!!
    Quel travail cette vidéo, super idée l’interview avec ton prof.
    Cela m’a parmi de renforcer les conseils de mon prof qui me dit exactement la mm chose sur la vitesse, j’ai bien aimée la méthaphore sur le robot!!!
    Et je confirme que de jouer avec un groupe cela fait évoluer notre jeu, notre envie de travailler la batterie et cela m’a permi d’élargir mon style musical.
    Un grand « J’AIME »pour cette vidéo et je dis encore!!!

  8. Coucou Magalie,

    Excellente interdite. Non ton accent n’est horrible et le mien est bien pire!! Lol

    Bravo pour tout ce travail que tu fais pour Nous. Continue. Merci.

  9. Ping : Les meilleurs articles de Batteur Débutant de 2015 - Batteur DébutantBatteur Débutant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article