Indépendance et coordination : l’erreur classique que tout le monde commet

Libérer vos pieds de vos mains

Libérer vos pieds de vos mains

Acquérir une indépendance à la batterie, c’est un peu le Saint Graal de tout batteur qui se respecte.

Mais lors de notre apprentissage nous faisons (presque) tous la même erreur en ce qui concerne l’indépendance et la coordination. Comment éviter ce piège ?

Quelle est cette erreur ?

Plus jeune, je pensais bêtement que tous les batteurs expérimentés étaient complètement indépendants de leurs 4 membres, qu’ils pouvaient faire quatre mouvements indépendants avec 4 membres différents.

Quelle ne fut pas ma déception lorsque j’ai appris que Ben, un copain batteur de mon frère (mon idole quand j’avais 17 ans) avait été recalé au test d’indépendance pour devenir pilote d’hélicoptère dans l’armée (c’est à peu près à cette époque là que j’ai laissé tomber le rêve de piloter un hélico 😛 )

Alors qu’en était-il vraiment ? Ben lorsqu’il jouait de la batterie, il envoyait sévère ! Des fills de fous, des descentes de toms, entre-coupées de caisse-claire, cymbale, grosse-caisse.

Mon analyse, 20 ans plus tard, c’est que Ben était certainement beaucoup plus « coordonné » qu' »indépendant » et ce ne l’a pas empêché d’être un bon batteur (à mes oreilles en tout cas!)

La différence entre coordination et indépendance

L’indépendance, et là je ne vais pas en surprendre beaucoup, c’est jouer des rythmes

Le cerveau : chef d'orchestre de nos membres

Le cerveau : chef d’orchestre de nos membres

indépendants avec deux (ou plus) membres.

L’indépendance de 2 membres, c’est celle qui est la plus facile à atteindre, un des membres joue un rythme, et un autre en joue un autre.

En réalité l’indépendance, ça serait plutôt, un membre joue un rythme, pendant que l’autre fait autre chose, sans penser à et sans savoir ce que fait le premier membre, sans prendre de points de repère par rapport au rythme joué par l’autre membre.

Ça a l’air facile sur le papier, mais essayez ceci :

Marquez 3 croches sur 4 à la grosse caisse, sur un tempo confortable (90bpm par exemple), et maintenant lisez un bouquin à voix haute, sans perturber le rythme de la grosse caisse.  Maintenant avec l’une de vos mains libres, dessiner des rectangles sans regarder la feuille : Vous êtes en train de travailler votre indépendance !

La coordination, c’est l’art de coordonner ses membres (merci M. Lapalisse !), c’est-à-dire jouer d’un membre au bon moment par rapport à un autre. Lorsqu’on travaille sa coordination, on construit un rythme en jouant chaque membre au bon moment, le cerveau jouant le rôle du chef d’orchestre. Un très bon exercice de coordination est le jeu linéaire où un seul membre joue à la fois.

Alors quand j’ai un pied qui part à la place d’une main, c’est un problème de coordination ou d’indépendance ?

Les deux mon commandant ! En fait un rythme peut être lu soit de façon indépendante (les mains jouent un rythme, et les pieds en jouent un autre), soit de façon coordonnée : les pieds par rapport aux mains (d’abord la main gauche 2x, puis pied droit, main gauche, main droite, main droite, pied droit, etc …).

Exemples de Rythmes linéaires

Exemples de rythmes linéaires

Les difficultés que nous rencontrons viennent des (mauvaises ?) habitudes que nous avons (la grosse caisse toujours sur le « 1 »), plus on a répété un rythme, ou une phrase rythmique, plus on a l’habitude de le faire, moins on a besoin d’y penser, et plus on libère notre esprit pour faire d’autres choses.

Comment améliorer mon indépendance / ma coordination ?

Comme toujours avec notre bel instrument : progressivement, sans griller les étapes.

D’abord identifier le rythme de base, le bosser, bosser, bosser jusqu’à qu’il soit devenu un automatisme, et ensuite :

  • inclure des variations à l’intérieur du rythme : pour améliorer sa coordination (ajouter un contre-temps ici à la caisse-claire, là à la grosse-caisse).
  • changer le rythme d’une voix (les mains, les pieds, la ride, le charley) tout en gardant le reste de la rythmique intacte. Par exemple : improviser sans réfléchir une descente de toms sur 4 temps, tout en gardant un motif rythmique aux pieds, ou garder la rythmique caisse-claire/grosse-caisse et changer le débit de charleston en passant de croches, noires, triolets …

Quelle est donc cette erreur que la plus part des débutants font ?

construire les fondations

construire les fondations

Je l’ai faite, je la fais parfois encore, et je pense que je la referai encore quelques fois, cette erreur c’est de :

négliger l’étape de consolidation du rythme de base

 

Si le rythme de base n’est pas joué en mode « pilote automatique », votre cerveau devra consacrer trop d’énergie pour gérer ce rythme, au détriment du reste, de vos fills créatifs, de votre solo de fou, des transitions de débits.

Le résultat sera un batteur « flottant » qui tente des trucs mais qui n’a pas d’assise rythmique, et un batteur qui n’est pas carré, ça s’entend beaucoup plus qu’un batteur qui n’est pas créatif !

Ce qui me pose le plus de problème c’est de mettre des grosses-caisses à des endroits inhabituels, et en général c’est là que mon rythme déraille.

Et vous ? Quels sont les rythmes qui vous embêtent le plus ? Dans quel cas vous vous emmêlez les pinceaux entre pieds et mains ?

Parfois ce qui est facile pour les uns est difficile pour les autres.



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


Recherches utilisées pour trouver cet article:

indépendance des mains batterie, exercice coordination batterie, exercice de doit sur la bactterie, batterie exercice etape, percution indépendance des menbres exercice pdf, les independaces des mains sur batterie, les erreurs à éviter concernant lindépendance, indepandence dela battri, cours de batterie les 7 erreurs du débutant, comment lire lapatition du batterie,

27 réflexions au sujet de « Indépendance et coordination : l’erreur classique que tout le monde commet »

  1. Bonsoir à toutes et tous,

    Conscient de toutes ces explications j’aimerai savoir s’il existe des exercices progressifs en son et image pour travailler cette maitrise qui est le nerf de la guerre ? Merci à tous et merci pour toutes ces précieuses analyses.
    Et que ca groove !!!

    Pascal

    • Hello Pascal !

      en son et image ! rien que ça ! Bon faut que je cherche un peu 😉 J’ai rien sous la main pour l’instant …

      Mais ca ferait une super idée d’article !

  2. super intéressant………

    pour l’indépendance j’aime bien en 1 grosse caisse en 2 alto main gauche et en 3 tom basse main droite

    en boucle de plus en plus vite …….simple mais efficace

    • Hello Gilbert,

      ca ressemble beaucoup à de la coordination ce que tu me dis la …
      Et c’est pour moi la base, bien avant de s’attaquer à l’indépendance proprement dite.

      Très bon exercice pour commencer

  3. Merci de nous faire repenser à cette nuance. Je serais aussi pour quelques petits exercices simples, même sans instrument pour s’exercer un peu partout, qui aideraient à se couper l’esprit en 4 ou 5.

    Je me demandais sinon si un batteur ayant acquis l’indépendance absolue, pense consciemment à ses 4 membres en même temps et leurs fait faire ce qu’il veut ou est-ce qu’il plus dans un automatisme bien coordonné laissant place à des variations et de la création, provenant plus d’années à jouer et rejouer ? Qu’est-ce qu’il se passe là haut quoi ?

    Merci Magalie,

    • Hello Vévouille,

      l’indépendance absolue, je ne suis pas convaincue que ca existe vraiment …
      il y a toujours un membre auquel tu fais attention lorsque tu joues.

  4. Même les meilleurs ne sont pas complètement indépendant au sens littéral du terme.

    Pour améliorer son indépendance, il me semble que travailler en système fonctionne bien. Par exemple un Poom Tchak, un Chabada, un rythme de samba voir un simple débit de Chick au Charley. Il faut qu’à un moment on ne pense plus à ce plan pour pouvoir se concentrer à faire un shéma rythmique sur un autre élément.

    Un truc tout con c’est de faire un débit de croche au Charley et caisse claire sur 2 & 4. Etes vous capable de jouer la grosse à n’importe quel endroit ? Y arrivez-vous si vous jouez le Charley à la double croche, à la noire, par groupe de trois sur 1/i/et ou 1/et/a, en ouvrant le Charley sur les « et », sur les temps, etc…
    Rien qu’avec ça, on a de quoi s’occuper des heures. Plus facile à dire qu’à faire ^^

    • Salut Jérôme,

      effectivement, ce que tu décris ressemble plus à des exos d’indépendances tels que je les conçois.

      On commence avec un rythme (ostinato) pieds/main faible, et ensuite on change le débit sur le charleston, passage de croches à triolet, chabada, noires, shufle …

      Comme tu le dis si justement, c’est facile à écrire, mais ca prend (énormément) de temps à maîtriser.

  5. Salut Magalie,

    (Tu m’as laissé un commentaire sur mon site, donc je te rends l’appareil 😉 )
    Très bon article et entièrement d’accord avec toi.
    Je pratique aussi la batterie et j’ai constaté la même chose. Souvent, ce que l’on appelle indépendance, ce n’est qu’en fait une supercherie ! Finalement ton cerveau n’envoie qu’une seule information. Il te dit « là, tu joue main droite + main gauche + pied droit », puis « main droite + pied gauche », …
    Finalement on arrive difficilement à jouer et réfléchir en même temps à nos 4 membres entrain de jouer.
    Pour ma part, une difficulté va être de jouer des croches au charley avec accent sur chaque 1ère croche et de jouer indépendamment la grosse caisse sur le temps ou en contre-temps.

    À bientôt 😉
    Fabien Articles récents..Je n’ai pas l’oreille absolue, c’est grave docteur ?My Profile

  6. Merci pour vos réponses.
    Cela ressemble à apprendre un peu toutes les combinaisons rythmiques jusqu’à ce qu’elles deviennent naturelles plutôt qu’un déclic cérébral qui nous rendra multitâches.

    Au boulot !

  7. Bonjour à tous,
    article très intéressant. Personnellement je ne crois pas en l’indépendance, je pense que tout est coordination, plus ou moins consciente je suis d’accord, mais tout est lié.
    J’ai le sentiment que le terme « indépendance » est plutôt apparu dans le vocabulaire de ceux qui regardent un batteur et se disent « ouha ! Il doit avoir 4 cerveaux », simplement parce que le spectateur est incapable d’être attentif à tout en même temps (200 000 informations dont nous n’avons pas conscience sont traitées par le cerveau à chaque seconde. Seules 40 de ces informations arrivent dans notre partie consciente.)
    Par contre le batteur qui joue a forcément franchi les 4 étapes de l’apprentissage (pour que ce qu’il joue soit piloté au niveau inconscient) mais c’est toujours de la coordination, ses membres dialoguent forcément entre eux car nous n’avons jusqu’à maintenant qu’un cerveau (des expériences de relevés télégraphiques ont été tentés pendant la guerre avec des femmes qui devaient retranscrire un télégramme différent dans chaque oreille sur une feuille sous chaque main … elles sont devenues folles !)
    Enfin ça n’est que mon retour d’expérience, je suis ouvert aux vôtres 😉
    Ludovic Articles récents..Pourquoi l’éveil musical ne sert à rien (plus de 300 enfants testés)My Profile

    • Je penses que c’est un sujet très intéressant à débattre. Tout dépend de ce que l’on entend par indépendance.

      Mais il est vrai que de toute façon, les membres sont toujours en relation les uns avec les autres.

      Personne ne sait par exemple sortir un débit de croche à 120 à la main droite et un débit de croche à 125 au pied. Les polyrythmes sont toujours joués avec une relation entre chaque membre qui les composent.

      Pour moi l’indépendance c’est de jouer un ostinato et de pouvoir sur cette base rajouter d’autres éléments avec les autres membres. Mais quoiqu’il arrive, les autres membres vont se coordonner sur cet ostinato donc la coordination entre toujours en jeu.

  8. Bonjour,
    Votre discussion est très intéressante et beaucoup de gens apprenant à jouer d’un instrument seraient encouragés en lisant vos commentaires.
    Sur le premier point, c’est bien de rappeler qu’il faut travailler le rythme de base pour qu’il devienne naturel. J’ai remarqué en plus que la vitesse n’entre pas en jeu. Si on répète très longtemps un rythme à basse vitesse, sans faire de faute, on a aucun mal à le jouer rapidement, jusqu’à la limite de sa technique bien sur. C’est même parfois plus facile. On a donc intérêt à répéter beaucoup et lentement pour éviter d’être instable.
    Pour le nombre d’informations traitées par le cerveau: 200 000 chaque seconde c’est énorme. En fait il parait que l’on peut coordonner 7 tâches en même temps, en plus du reste (respirer, tenir debout …). Une fois que l’on a appris un gros paquet de phrases par coeur, on peut en choisir et coordonner 7 en même temps. C’est pour cela que certains musiciens font des grimaces quand ils sont à fond. Ils laissent tomber le contrôle du visage, voire du corps parfois au profit du son qui impose le rythme au corps. On sent bien que l’on peut écouter le son fait par chaque membre et le contrôler un par un, mais pas tous en même temps, sauf en changeant de phrase complètement. On a donc a disposition 7 musiciens que l’on coordonne tous ensembles et que l’on peut corriger un par un. J’ai vu un batteur sur U-tube qui joue de la samba avec au moins 6 voies: 2 mains, 3 pieds (double pédale), plus le sifflet. Il avait l’air cool.
    C’est pareil en pilotage d’hélicoptère (exemple ci-dessus). Il y a 4 commandes à gérer simultanément. Tant que le pilotage n’est pas automatique, sans réfléchir, impossible de garder l’hélico en l’air. Ensuite les phrases de pilotage tournent automatiquement, et on peut se concentrer sur la coordination ou sur un paramètre pour le faire bouger. C’est pareil.
    Donc globalement, on doit tous pouvoir le faire avec un nombre de voies de 1 à 7 ?

    • Bonjour à tous,
      un passage furtif pour quelques précisions.
      @Dierre : 200 000 connexions c’est énorme ? J’ai été encore gentil, lui parle de 4 milliards http://www.surpassez-vous.com/la-pensee-positive/la-neuroplasticite-changer-votre-vie-2/ quoiqu’il en soit c’est au niveau inconscient que tout cela se passe pas au niveau conscient …
      @Vévouille : disons que en premier lieu, on n’est pas conscient d’être incompétent, en second on est conscient d’être incompétent, en troisième conscient d’être compétent et en dernier inconscient d’être compétent. La première et la dernière phase sont confortables, pas les autres, et la dernière est souvent assimilée à tort à du don, du saint-esprit, ou de l’intuition.
      Excellent week-end à tous !
      Ludovic Articles récents..Divisions de pulsation : musique ternaire ou binaire ?My Profile

      • En d’autrs termes « Tiens j’vais jouer de la batterie c’est cool », puis « ah merde va falloir que je bosse », et « Je maîtrise je m’éclate » et enfin « je pense plus à ces conneries » 🙂

        En cours pour la phase 3. La phase 2 est surement la plus intéressante.

  9. Je ne suis pas batteur (guitariste, et bassiste un peu), mais parfois je m’amuse sur une batterie.
    Pour moi le plus difficile est que, n’ayant pas de batterie chez moi, et donc ne travaillant pas souvent (là j’ai pas joué depuis 3 ans… mais avant je jouais ptete 30mn par semaine, dans la salle où je donnais des cours de guitare), j’ai un « tic » le peu de fois où je joue, c’est que quand j’attaque des doubles au pied droit, mes coups mains droites perdent le contrôle ! (et souvent vont au même rythme que les coups au pied)… Mais j’imagine que si je saute le pas de la batterie élétronique, j’aurais de quoi bosser et corriger ça 🙂 )

    Et pis au passage, sympa ton blog, il est super bien référencé sur Google en plus, puisqu’en deux jours, sur 2 recherches différentes, je suis tombé dessus 🙂 J’y ai lu des choses sympas et appris deux trois trucs 🙂
    WhiteSlash Articles récents..Iron Maiden – Aces High (dual cover MattyPS & WhiteSlash)My Profile

  10. Merci pour cet article. J’ai commencé la batterie il y a une semaine, et je fais des exercices d’indépendance que je trouve sur youtube… je les fais les uns après les autres jusqu’à ce que j’y arrive sans réfléchir… c’est des exercices de base, et pourtant, chacun me prend un bon moment pour m’y faire…

  11. Bonjour

    Je débute et j’ai lu tous tes articles, j’ai fait ma petite présentation, mais je ne sais plus où …

    A mon sens, même si l’indépendance complète n’éxiste pas, travailler ce point est primordiale, pour ensuite avoir une bonne coordination. J’ai vu tes éxercices d’échauffements, à l’aide des éxercices fondamentauxs « papa maman » et autres séries (mains gauche/main droite), ces séries sont les bases, enseignées depuis des sciècles. aux jeunes élèves tambour.

    Pourquoi ne pas inventer un genre d’exercices « 3D » intégrant aussi les deux pieds ? Ca ferait par exemple : DDGXXY GGDYYX X étant le pied droit et Y le pied gauche (on pourrait aussi noter K pour le pied droit et H pour le pied gauche

    Les possibilités en séries « croisées » sont infinies, ça permettrait de développer l’indépendance et ce sont des exercices que l’on peut faire n’importe ou, même sans batterie sous la main, mais aussi en tant qu’échauffement.

    J’

  12. Bonjour

    Je débute et j’ai lu tous tes articles, j’ai fait ma petite présentation, mais je ne sais plus où …

    A mon sens, même si l’indépendance complète n’éxiste pas, travailler ce point est primordiale, pour ensuite avoir une bonne coordination. J’ai vu tes éxercices d’échauffements, à l’aide des éxercices fondamentauxs « papa maman » et autres séries (mains gauche/main droite), ces séries sont les bases, enseignées depuis des sciècles. aux jeunes élèves tambour.

    Pourquoi ne pas inventer un genre d’exercices « 3D » intégrant aussi les deux pieds ? Ca ferait par exemple : DDGXXY GGDYYX X étant le pied droit et Y le pied gauche (on pourrait aussi noter K pour le pied droit et H pour le pied gauche

    Les possibilités en séries « croisées » sont infinies, ça permettrait de développer l’indépendance et ce sont des exercices que l’on peut faire n’importe ou, même sans batterie sous la main, mais aussi en tant qu’échauffement.

    J’ai remarqué aussi que pour les débuts on apprend à marquer le tempo (noires ou croches) en main droite (charley) et que peut d’exercices de débutants en sortent. J’ai beaucoup de mal à m’en défaire et donc à varier le rythme main droite. A contrario, quand je fait un double temps à la grosse caisse (boum boum), je m’aperçois que je ratte ce temps de ma main droite. Si je m’efforce de quand même le marquer, le coup suivant mon pied joue également … c’est énervant … Il faudrais donc peut-être aussi inventer des exercices en 4D, avec pied et main en même temps, mùais sans forcément marqué de rythme de façon régulière avec la main droite, ce serait marant, non ? et là, pour l’indépendance, on ne ferait pas beaucoup mieux . (ton avis ?)

  13. Coucou Magali.
    Bravo pour cet article encore très intéressant. Bravo aussi pour les autres commentaires . des choses intéressantes à faire. Pfffff quand je vois la masse de travail à effectuer sur chaque phase de la batterie, rythmes, rudiments, indépendances, etc….. ça me donne envie de courir très loin et très vite! lol et là, tu te dis, mer.. , je n’ai pas plus assez de temps pour tout apprendre tout ça (par rapport à mon âge, lol).

  14. Bonjour, cet article est très intéressant !
    J’aurais une petite question peut-être sauriez-vous me guider. Est-ce normal que lorsque je joue un rythme en (noire) au Charley et un rythme en croche à la grosse caisse, ma main (qui joue du charley) prend le rythme joué à la grosse caisse ? Impossible de dissocier les 2 membres…
    merci d’avance

    • Bonjour Jessy !

      et bien oui, c’est « normal » ! C’est parce que tu as sans doute du ne jouer que des rythmes de croches au charley du coup ta main a pris l’habitude de faire des croches.

      Pour « casser » cette habitude, il faut l’habituer à jouer des noires.
      Je te propose un petit exercice.

      1er étape : découverte du rythme
      – Joue toutes les noires au charley en comptant à haute voix : « 1-et 2-et 3-et 4-et », les coups de charley tombent sur les chiffres
      – Ajoute maintenant la grosse caisse sur le 1 et sur le 3, en comptant toujours de la même façon
      – Ajoute maintenant des croches de grosse-caisse (par exemple sur le ‘et’ du 1 et le ‘et’ du 4)

      2ème étape : consolidation au métronome
      Métronome sur 60 à la noire.
      Refaire chaque exo précédent avec le métronome, à 60 à la noire, pendant 2 min minimum (c’est long!)

      3ème étape, on augmente le tempo
      pareil que étape 2, mais un peu plus vite, le tempo doit s’augmenter progressivement, si tu vois que ça coince, alors ralenti à nouveau

      4ème et ultime étape : joue sur de la musique
      ce genre de rythme (avec le charley en noire et la grosse-caisse en contre-temps) c’est idéal de le pratiquer avec du punk, regarde un peu l’article que j’avais mis sur Travis Baker le batteur de Blink 182, tu devrais trouver de quoi t’amuser.

      Le plus important, c’est d’y aller progressivement, sans brûler les étapes et sans vouloir aller trop vite au début.
      Magalie Articles récents..Les 3 méthodes d’enregistrement pour un cover de batterie acoustiqueMy Profile

  15. bonjour,
    je suis votre site et j’y trouve pleins de bons conseils, j’ai commencer la batterie récemment, j’en suis à 4h de cours, et pour moi j’ai beaucoup de mal à garder le rythme indépendant sur le charleston quand je dois faire les contres temps sur les exercices de coordinations. j’y travail tous les jours mais ça reste pour moi très compliqués de faire obéir ma main droite lol idem pour les contres temps de grosse caisse, j’ai une jambe pas très obéissante mdr encore merci pour vos précieux conseils

  16. Bonjour ,
    Bravo pour le blog, cela permet d’échanger sur une passion.
    Je voulais juste encourager tout ceux qui on du mal à reproduire la technique écrite , ils vous reste l’art musicale, c’est a dire reproduire acoustiquement vôtre imaginaire sonore ,en gros l’expression de ce que vous voulez donner aux autres . Si vous avez une succession de son rythmé en tête , le fait de chercher à les produire peut être vôtre moteur , à chacun sa voie
    Il y a les techniciens de la musique qui sont 90% des musiciens et les artistes qui expriment leur sensibilité sans tenir compte de ce qui est déjà écrit.
    La musique et ses rythmes sont nés avant l’écriture musicale et rythmique et leur apprentissage . gardez l espoir si vous n’ êtes pas copain avec l’apprentissage scolaire du rythme vous êtes peut être un artiste !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article