18 réponses

  1. Laurent
    15 mai 2016

    Salut Magalie,
    Super cet article !
    Je vais essayer de le glisser discrètement à certains de mes élèves 😉
    Le point N°1 que tu cites est vraiment la clé : se donner des objectifs à long terme.
    « Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va »

    Sinon j’aurais tendance à ajouter un prérequis :
    0- Trouver LE bon prof 😉
    Un bon prof c’est comme un bon médecin. C’est pas le meilleur, ni celui qui a le plus de connaissances ou d’expérience. C’est simplement celui qui nous convient le mieux.
    La relation prof / élève est essentielle pour développer le point 5 que tu développes : la confiance. Sans cette confiance, les autres points vont être difficiles à appliquer.

    Et pour finir, ne pas hésiter à changer de prof ! Par exemple, si on ne se sent pas écouté ou si on a l’impression de dérouler les mêmes exercices que l’élève juste avant nous et celui d’après…
    Laurent Articles récents..Jouer & Embellir un Fill Syncopé en 3 étapesMy Profile

    Répondre

    • Magalie
      15 mai 2016

      hé hé 😉 Salut Laurent, en plus si ça vient pas de toi, c’est « plus juste » !
      Courage 🙂 !

      Répondre

    • Samy
      15 mai 2016

      « Et pour finir, ne pas hésiter à changer de prof ! Par exemple, si on ne se sent pas écouté ou si on a l’impression de dérouler les mêmes exercices que l’élève juste avant nous et celui d’après… »

      J’ai l’impression que tu parles du prof type qui « peu importe qui tu es du moment que l’argent rentre », qui apparaissait dans un des articles ici qui discutait entre autres du choix du prof.

      La séance test est vraiment déterminante, pour peu que l’on se donne la peine d’analyser le comportement du prof (est-ce que mon projet le motive? Est-ce qu’il est prêt à s’adapter à moi? Est-ce qu’on se comprend mutuellement? etc etc…). Je crois avoir eu de la chance du premier coup. Il ne faut pas hésiter à laisser aux jeunes profs leur chance aussi(je dois surement le dire parce que c’est mon cas dans un domaine différent ^^), ils peuvent se révéler vraiment bons « malgré » une jeune expérience!

      Répondre

      • Samy
        15 mai 2016

        Arf, correction :

        « J’ai l’impression que tu parles du prof type qui « peu importe qui tu es du moment que l’argent rentre » »

        Je faisais référence aux mêmes exercices répétés d’un élève à l’autre, ça fait un peu usine je trouve, voilà ce que je voulais dire.

        Répondre

      • Magalie
        16 mai 2016

        Le choix du prof est déterminent, après il se peut qu’il faille en « faire plusieurs » avant de trouver le « bon »

        L’article sur comment se trouver un prof

        Répondre

  2. Samy
    15 mai 2016

    Salut :),

    je suis tombé « récemment » (disons il y a un mois ou deux) sur ton blog, même si c’est la première fois que je commente. Alors première chose : Merci ! Ca fait des années que je pensais me lancer à la batterie, hésitant encore et toujours, et c’est en te lisant au fur et à mesure que j’ai décidé de me lancer. Et bien je ne regrette pas, loin de là ! Surtout avec le prof que j’ai trouvé : mêmes influences musicales, même façon de voir la musique (ça on s’en est rendu compte récemment), bref… parfait !

    Enfin, fin de racontage de vie. Je pense avoir appliqué presque tous tes conseils, sauf celui de l’objectif à moyen terme (le long terme je le connais, c’est un rêve fou : rejoindre ou monter un groupe de métal symphonique. En y associant du classique. Je sais que ça va me demander un investissement énorme, mais je veux y croire !)

    Je crois que ça serait « apprendre à jouer avec un métronome sans vouloir le balancer par la fenêtre » (ce *tic tic tic*… argl !), l’intitulé de cet objectif. Pour le moment j’apprend les rythmes de base que le prof me montre (et même ceux que je trouve ailleurs, y compris ici !), j’arrive à les restituer à l’oreille, puis à les jouer en variant le bpm sans grande difficulté (si ce n’est l’endurance, mais ça viendra je pense), et à jouer juste (enfin, la plupart du temps). Malgré tout je sais que c’est incontournable, et je m’aperçois bien de la difficulté de ne pas l’avoir en tête.

    Je lui en parlerais sans doute au prochain cours. Comment devenir copain avec le métronome… au plus vite !

    Répondre

    • Magalie
      15 mai 2016

      Hello Samy et merci de sortir de la foule des anonymes !

      Super projet que tu as là; et je suis contente que tu te sois jetté à l’eau.
      Pour te faire pote avec le métronome, tu peux essayer plusieurs trucs :
      – des « jeux » avec le métronome, tu as l’appli TimeGuru (le métronome arrête de jouer les clics de façon aléatoire, à toi de rester dans le rythme
      – remplacer le métronome par une tempothèque
      – changer les sons de ton métronome (tu peux avoir une voix qui compte, ou des claves, une cloche à la place des dings exaspérants)

      Et si tu inscris le travail au métronome dans ton objectif à moyen terme, tu verras que tu vas changer d’attitude vis-à-vis de ton métronome. Car le but ne sera plus de « faire du métronome », mais de te servir de ton métronome pour atteindre ton objectif à moyen terme !

      Bon amusement !

      Répondre

      • Samy
        17 mai 2016

        Voilà, j’ai eu l’occasion d’en discuter avec le prof de batterie, pour le métronome.

        Déjà, au cours de la leçon, je me suis rendu compte que plus ça allait, plus j’arrivais à m’auto-corriger (je le « sais » par instinct quand je ne suis pas dans le tempo, je m’en rend de plus en plus compte). Mais ça ne me dispense pas de bosser avec un métronome. Aussi vais-je me forcer, j’ai d’ailleurs trouvé une excellente appli pour ça, avec un métronome qui me donne envie de groover (en lieu et place du vieux « tic tic tic »)! C’est vraiment ce que je recherchais, j’ai pas encore testé en condition réelle mais je pense que ça devrait le faire !

        Ah et… dans un mois, on va faire de la double pédale =D (on aurait du le faire plus tôt mais il va entrer en période d’exam, enfin ça me laissera le temps de faire copain avec le métronome ^^)

        Répondre

      • Magalie
        18 mai 2016

        et par curiosité, ton appli c’est quoi ? (j’envisage de faire le best-of des métronome dans un article à venir …)
        Magalie Articles récents..Cours de batterie : 5 astuces pour vraiment « rentabiliser » vos leçonsMy Profile

        Répondre

      • Samy
        18 mai 2016

        ProMetronome (dispo pour Android, je ne sais pas pour iOS par contre)

        Répondre

  3. Michel
    15 mai 2016

    Bonjour Magalie,
    Comme d’habitude, je lis tes news avec grand intérêt.
    Pour ma part, j’applique depuis le début le fait de noter sur un carnet tel ou tel problème à discuter avec mon prof. De même, lui m’indique pour le cours d’après les leçons et quelques annotations au sujet d’exercices à travailler.
    Je lui ai fait part que j’aimais tous les styles de musique. Dans la mesure où les artistes présentent le fruit d’un travail recherché et que l’ensemble de la composition est harmonieuse, ça me plaît.
    Nous avons ainsi parlé de Ian Paice, John Bonham, Cozy Powell, pour les anciens batteurs, et d’autres comme Manu Katché, et d’autres de groupes plus ou moins connus dont je n’ai pas retenu les noms (hic !)
    Ainsi, après cette discussion, mon prof m’a proposé d’aborder dans quelques temps quelques morceaux dans lesquels les intros, les rythmes et les riffs me plaisent particulièrement.
    Comme le soulignait Samy, le travail au métronome est nécessaire sinon essentiel pour évoluer plus rapidement, mais aussi plus sereinement.

    Batterie-ment votre !

    Répondre

  4. Johann
    16 mai 2016

    Mon prof de batterie (il y a 20 ans) me faisait bosser la méthode Agostini. C’était bien à l’époque. Aujourd’hui, avec l’omniprésence de l’informatique, ça a pris un coup de vieux.

    En tant que prof, je tape mes propres partitions dans un séquenceur. Je peux ainsi les imprimer et surtout les exporter sous forme de fichier MP3. Les élèves ne se retrouvent donc pas chez eux sans savoir à quoi doit ressembler l’exercice dont ils ont oublié le groove.

    Répondre

    • Magalie
      16 mai 2016

      Hello Johann !

      je crois que les bons profs de demain sont ceux qui auront su s’adapter aux possibilités d’aujourd’hui, et tu m’as l’air d’être bien parti !

      C’est clair que pour un élève, savoir rejouer à la maison ce que le prof à joué en cours, c’est l’un des trucs les plus difficiles. Il m’est arrivé de faire faux pendant deux semaines (jusqu’au cours suivant) et après dur dur de redresser la barre !

      Répondre

  5. Daniel
    17 mai 2016

    Hello Magalie,
    je lis ton blog depuis que j’ai commencé mon apprentissage en ce début d’année. Un vieux rêve, j’ai 62 ans.
    Je n’ai pas encore d’objectif et je n’enregistre pas mon prof, mais j’applique depuis le début les 3 autres conseils. J’ai la chance d’être un télé-travailleur de La Rochelle (FR) pour une boîte de région parisienne (comme toi dans l’informatique), cela me permet de consacrer 3/4 d’h par jour en moyenne sur mes exercices. Il faut bien cela car c’est dur.
    Merci de tout ce que tu écris.

    Daniel

    Répondre

    • Magalie
      18 mai 2016

      Hello Daniel !

      profiter du temps gagné grâce au télé=travail pour faire de la batterie, c’est une super idée 🙂
      Pense quand même à un objectif !
      par exemple : jouer en entier un morceau que tu aime bien,
      faire ton premier concert, savoir faire quelque chose qui te pose problème à 130bpm, par exemple ….
      Tu vas voir que ça va te faire progresser de manière spectaculaire !
      Magalie Articles récents..Cours de batterie : 5 astuces pour vraiment « rentabiliser » vos leçonsMy Profile

      Répondre

  6. Aurelien Knaub
    17 mai 2016

    « ça vous évitera d’essayer de redécouvrir l’eau chaude par vous-même ! » excellent c’est exactement ça ^^

    Tu as l’air d’avoir une belle complicité avec ton prof, c’est cool, et très bonne idée que de le filmer.

    Ce qui me paraît absolument fondamental, c’est la CLARTÉ, et à tous les niveaux :
    – qu’est-ce que je veux précisément (objectif)
    – quels exercices exactement je vais faire pour y arriver et combien de temps par jour (pland’action)
    – quelles sont les difficultés et sacrifices que je suis prêt à accepter (en temps notamment)

    Et si on ne comprend pas pourquoi le prof nous donne tel exercice, il faut être curieux et lui demander, ça ne pourra que renforcer notre motivation à les travailler =)
    Aurelien Knaub Articles récents..4 techniques d’actrices pour mieux improviser à la batterieMy Profile

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour au début
mobile bureau