Les 3 conseils que j’aurais aimé avoir avant de me lancer dans la batterie

Conseils pour apprendre la batterieAprès une première tentative qui s’est un peu finie en eau de boudin, je reviens sur ma (petite) expérience, et ce que j’aurai voulu qu’on me conseille lorsque j’ai commencé la batterie.

En fait c’est dur de ne retenir que 3 conseils, mais l’idée c’est aussi de partager les 3 conseils que je trouve les plus importants.

1. Joue avec un but en tête !

C’est tout simplement ce qui a complètement bouleversé ma façon d’appréhender mon apprentissage de la batterie.

Alors « qu’avant », je me contentais de suivre mon prof, de faire les exos qu’il me donnait, même les morceaux c’est lui qui les proposait, et quand il me demandait ce que je voulais faire, je répondais « ben, j’sais pas, apprendre la batterie« .

Aujourd’hui, quand je joue, je « sais » pourquoi je joue, tout s’inscrit dans un ordre logique.

J’ai des objectifs :

à long terme : Jouer mon premier concert en minimum un an

à moyen terme : maitriser 15 morceaux de mon groupe

à court terme :  travailler mes « groove punk » pour passer le morceau A, augmenter la vitesse de mon frisé pour jouer le morceau B au tempo, travailler mes ghost notes pour le morceaux C …

Et qu’est-ce que ça change ? Tout ! Depuis maintenant 9 mois, je n’ai jamais connu une baisse de motivation, je sais que tout ce que je fais me rapproche de mon but … Et ce blog n’existerait pas sans cela !

C’est complètement magique.

2.Trouve toi un groupe !

Mon premier prof n’a pas arrêté de me conseiller de jouer en groupe, et j’avais toujours Jouer en groupede « fausses » 🙁 excuses pour ne pas m’y atteler : « pas le temps« , « trop loin« , « je ne connais personne qui ait envie de monter un groupe« , « je n’ai pas le niveau, je vais attendre un peu« .

Ça vous rappelle quelque chose ?

Et bien depuis que j’ai rejoins un (modeste) groupe, je progresse beaucoup plus régulièrement, il y a une émulation au niveau du groupe.

Jouer en groupe est très différent de jouer une cover, là je pouvais m’appuyer sur la musique, on (le groupe) devient la musique, on doit s’écouter les uns les autres, beaucoup passe par le regard.

Et évidemment je travaille plus souvent mes parties batterie avant d’aller en répète.

Ce qui m’amène donc au conseil suivant :

3. Bosse régulièrement !

Jouer en s'amusantIl vaut mieux bosser 15 min tous les jours, attendez je suis pas sure d’avoir été très claire, donc je vais le dire autrement :  il vaut mieux bosser un petit peu RÉGULIÈREMENT que 2h tous les samedi (si vous faite le calcul ça revient à peu près au même).

Au début je voulais « rattraper » le week-end, le temps perdu pendant lequel je n’avais pas joué pendant la semaine, c’était même devenu mon slogan « non, ce soir j’ai pas envie, j’en ferai 15min de plus ce week-end« . J’étais dans l’erreur totale, et le week-end n’était que frustrations de ne pas arriver à faire ce que j’aurai pu réussir en y allant progressivement pendant la semaine !

En plus c’est plus facile de caser 15 min ici et là  que 3h en continu.

La maitrise de la batterie passe par une étape de la Mémorisation Musculaire, c’est quand vous n’avez plus besoin de penser à ce que vous jouez que vous avez complètement intégré le truc. C’est à ce moment là que vous pouvez commencer à faire de la musique. Et cette mémoire musculaire ne s’acquiert qu’avec la pratique, les répétitions.

Toutes les vidéos de Youtube, tous les bouquins ne remplaceront jamais les précieuses minutes que je passe devant mon instrument, ça je l’ai bien compris.

Voilà mes 3 précieux conseils, si vous débutez tout juste à la batterie ou dans n’importe quel autre instrument ou êtes un batteur agguerri, que vous n’avez pas/plus la vie devant vous et que vous voulez progresser plus rapidement, n’oubliez pas ce dernier conseil, le plus important de tous.

Quoique vous fassiez : A-MU-SEZ-VOUS !

J’ai un ami qui s’est mis à la batterie tout récemment, son prof lui a interdit (!) de s’acheter une batterie pendant les 6 premiers mois, du coup il ne fait que des rudiments. Autant dire qu’il n’est pas super motivé par ses exercices, et j’espère qu’il ne va pas être dégouté avant la fin des 6 mois …

Seul le fait vous amuser et de prendre du plaisir à la pratique de votre instrument vous aideront à traverser ces petites baisses de motivations et ces paliers où vous avez l’impression de stagner et ne plus être bon à rien. Amusez-vous !

 

Cet article participe au jam des musiciens-blogueurs sur le thème : “Les 3 conseils que j’aurais aimé avoir lorsque j’ai commencé la musique” organisé par le Blog Batteur Débutant.

Vous avez aimé cet article, alors maintenant c’est à vous de jouer !

Munissez-vous de votre clavier et écrivez-moi ci dessous quels sont selon vous vos trois meilleurs conseils pour bien débuter la batterie.

Je suis sure que nous allons découvrir des pépites!



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


13 réflexions au sujet de « Les 3 conseils que j’aurais aimé avoir avant de me lancer dans la batterie »

  1. bonjour Magalie et merci pour ses conseils.

    je suis entièrement d’accord avec toi
    je fais partie d’un groupe depuis peu et franchement, ça fait évoluer à une vitesse !
    je m’épate moi même lol
    et surtout travailler tous les jours un peu ! faites juste attention que le voisin ne vous coupe pas les mains 😉
    et si on n’arrive pas à faire un morceau… ne pas s’acharner dessus….. juste le reprendre un peu plus tard 🙂 et ça passera tous seul !

    merci Magalie !

  2. Bonsoir !!

    Merci pour ton temps que tu consacres à donner de précieux conseils !
    Perso je me reconnais dans bien des points que tu as abordés et je suis
    en adéquation total ! lool
    Pour moi cet instrument à été une révélation, je suis pur débutant je joue sur Roland TD4 KP, je prends des cours avec un prof sur une acoustique chaque semaine et je m’éclate bien !!!
    J’envisage d’integrer un groupe d’ici les grandes vacances ce qui maintient parfaitement ma motivation !!! J’encourage tout le monde à persévérer même si c’est difficile au début !!!!

  3. Hello !

    Très bons conseils !!
    Notamment le jeu régulier et la mémoire musculaire que tu évoques. C’est très vrai.

    Et finalement, sans s’être concerté, on se rejoint sur pas mal de points 😉

    Sinon je suis scandalisé par l’histoire de ton ami qui ne doit faire que des rudiments pendant 6 mois !!
    Pour faire un poum-tchak y a besoin d’aucun rudiment et rien qu’avec ça, on peut déjà jouer pas mal de morceaux.
    Oui les rudiments sont importants, mais pas la peine de tous les travailler et ne faire que ça dès le début……..
    Esperons que ton ami ait une dose de motivation qui lui permette de tenir ces 6 mois 🙂
    Laurent Articles récents..Découvrez 3 conseils pour bien débuter à la batterieMy Profile

  4. Merci à tous pour vos encouragements ! Evidemment que je vais continuer 😀 J’aimerais faire plus de vidéos, mais je galère pas mal de ce côté là … (être perfectionniste n’a pas que des avantages ! )

    Pour mon ami … s’il craque, j’ai un très bon prof a lui conseiller (le mien!). Je l’ai donc à l’oeil, ce serait dommage qu’il abandonne alors qu’il ne vient que de commencer … et je lui en ai déjà parlé, mais pour l’instant il préfère garder son prof …

  5. Jouer en groupe a été pour moi aussi une des choses qui m’a fait énormément progresser 🙂 Il y au aussi une chose à ne pas négliger : travailler régulièrement avec un métronome; une fois en groupe, cela fera toute la différence… Cela paraît tout bête mais travailler au métronome, cela fait énormément progresser et rapidement 🙂

  6. Bonjour Mag,

    Désormais, tu as un « suiveur » aux antipodes…Je réside en Nouvelle-Calédonie et viens de découvrir ton site. C’est sympa de nous faire partager ta passion (et la notre) et ton expérience.

    Je viens de débuter et souhaite acquérir une batterie électronique. Le choix est restreint sur ma petite ile (Roland TD 11K). J’ai lu pas mal d’article sur le logicile Tutor que Roland propose pour démarrer / progresser. Aurais tu un avis là dessus ?

    • Hello Éric,

      Un suiveur de l’autre côté du globe! Quel honneur :-).
      Bravo pour ton acquisition, la TD11 en à pas mal sous le capot.
      En ce qui concerne Tutor, aucune idée, c’est la 1ère fois que j’en entends parler. Si tu l’essaies, fais nous un petit retour d’expérience :-p !
      Et peut être que d’autres lecteurs connaissent Tutor et peuvent t’en dire plus.

  7. Ping : Les 3 conseils des musiciens pour bien débuter

  8. Bonjour Magalie !

    Je viens de découvrir ce blog et il est vraiment bien fichu, bravo.
    Je suis un peu dans le même cas de figure que toi : je pratique la batterie depuis bientôt 2 ans et demi et je viens d’intégrer un groupe. Nous n’avons que quelques repet’ mais il y a déjà un tel fossé entre les deux c’est dingue ! C’est surtout grâce à l’écoute des autres que je orogresse. Un des membres du groupe a un enregistreur ce qui permet de bien analyser mon jeu et celui du groupe. Très utile !

  9. Les 3 conseils meilleurs conseils que j’aurais à donner à un débutant sont les mêmes que ceux que j’aurais à donner à un pratiquant de longue date vu que 3 conseils, c’est pas beaucoup et très synthétique.

    1- Jouer le plus souvent possible : oui devant l’instru, y’a pas plus profitable… Peu importe le matériel, l’objectif, le niveau, la connaissance et le style. Oui mais comment jouer le plus souvent possible ? Comme tu le disais pas trop longtemps et plus au quotidien pour prendre l’habitude de la bonne drogue. En se reposant autant (réfléchir à ce qu’on fait ou ce qu’on a fait pour changer, s’aérer en déconnectant de telle difficulté persistante pour mieux revenir frais/dispo, Etc…). Jouer le plus souvent possible c’est intégrer la batterie comme votre déjeuner habituel dans l’idéal : indispensable et surtout pas d’excès pour ne pas faire d’indigestion et bénéficier d’une bonne santé musicale. Vous pouvez vous décourager par moment et c’est humain voire inévitable au début. Mais jouez, rejouez toujours et encore. Les musiciens qui arrêtent leur pratique en toute humilité, sans état d’âme et en disant « Faut être réaliste… » ont sûrement des qualités personnelles intéressantes pour prendre du recul mais ils sont dans la pire des situations ! Jouez, même 2 minutes pour arrêter en urgence ou en colère, cessez 1 ou 2 semaines pour réfléchir s’il le faut mais revenir tranquillement (régulièrement et sereinement) est le meilleur conseil que je puisse indiquer.

    2- Ne jouez pas toujours la même chose, le même style, de la même façon, …Etc. Si vous avez entrepris un gros challenge alors variez le programme des réjouissances pour y parvenir. S’ouvrir est indispensable pour continuer à progresser régulièrement. Il ne s’agit pas de vouloir tout faire mais de temps en temps, se donner l’opportunité de découvrir l’inattendu, la surprise qui rendra votre instrument plus magique, plus sympa à pratiquer. C’est la plaisir durable. Donc faites-vous plaisir au début en vous fixant sur ce que vous kiffez le plus mais pour faire durer le plaisir, il faut l’étendre afin de chasser monotonie ou lassitude de l’immobilité en l’étude ou en découverte. De bons voire très bons vous disent que la technique est néfaste à la vraie créativité en ce sens qu’à répéter tant de fois, vous vous formatez à en finir par jouer comme les autres… Ne les écoutez pas ! C’est un piège courant de la monotonie et de la fermeture… Les grands batteurs sont assez souvent sortis des mêmes écoles référentes et pas à partir d’un « produit batteur » car en musique, on ne peut pas tricher très longtemps en général… Et les inconnus super héros ou super zéros du coin n’auront fait, même en améliorant quelque chose ou e le créant, n’auront fait qu’écouter donc s’ouvrir au préalable… Un vrai créatif peut faire pas mal de choses avec peu de choses, même s’il faut souvent un sacré entraînement avant de sortir des trucs vraiment tripant ou bien régu. De même, n’écoutez pas ceux qui disent qu’on ne peut plus rien inventer en style ou autre ! La musique est vaste et infinie… Allez jusqu’au bout de votre trip avec le bagage technique, l’écoute de nombreux styles, la rencontre ou partage avec d’autres zicos (même non batteurs).

    3- Regardez-vous, écoutez-vous tel(le) que vous êtes, avec le sérieux et l’acceptation qui va avec. N’essayez pas de faire comme si ou comme ça mais faites au mieux pour arriver à atteindre ce qui vous convient le mieux. Avez-vous une gêne d’entendre que ça coince en mesure n ? Reprenez la mesure n-1, n et n+1 , 10, 100, 1000 fois s’il le faut ! Mais pas en une journée bien sûr… Avez-vous mal même en respectant les recommandations de prises ? Alors ne respectez plus les recommandations à la lettre et voyez vraiment votre position/prise idéale adapté à votre corps qui est forcément différent de l’autre… Il vaut mieux une prise pas parfaite et indolore vous permettant de jouer plus longtemps plutôt que de souffrir le martyre en silence, comme bon nombre de batteurs reconnus font d’ailleurs. La batterie est bien plus sensible et subtile qu’on imagine… et donc bien plus exigeante qu’au premier abord, soyez-en persuadés. Ou alors changez le mouvement mais soulagez-vous les conditions d’acquisition afin d’espérer ne plus avoir mal. Ce qui est sûr, c’est qu’en avançant mieux, vous finirez par mieux comprendre ensuite pourquoi il y avait telle recommandation ou dans quelle situation il faut faire l’inverse de ce qu’on vous dit (Bon je vous donne un secret : pour 90% des choses c’est pourtant pas compliqué car mal expliqué et il faut faire presque exactement le contraire quand ce n’est pas exactement le contraire ! C’est pas réjouissant certes mais ça a le mérite d’être à la carte cet instru paradoxal et vous pouvez vraiment apprendre par vous-même en fin de compte…). On confond toujours et c’est humain l’expression ou la manifestation d’un sentiment, d’une gestuelle, d’un phrasé avec le sentiment, la gestuelle, le phrasé lui-même… Dans à peu près tous les arts. Telle est la puissance de la communication véritable et de l’échange mais qui fait place à l’erreur ou à l’illusion… Ecoutez, analysez, reprenez, testez, évaluez, créez, améliorez ! N’hésitez pas, vous allez voyager mais vous allez surtout devenir un(e) vrai(e) passionné(e) car la connaissance de vous-même en jouant de l’instru est aussi importante que la maîtrise de son instru. C’est à ce prix que les choses pourtant difficiles deviennent faciles mais bien sûr cela demande du temps et de l’application.

    Si je devais résumer en une phrase ces 3 conseils en un seul méta-conseil : « Mettez-vous constamment ou le plus souvent possible en situation d’apprentissage tant personnel qu’adapté ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article