Composition à la batterie : les 7(+1) conseils que j’aurais voulu avoir

composer rythmes de batterieComment faire pour composer des rythmes de batterie ?

Et voilà, vous aimeriez vous lancer, votre pote guitariste s’est pris au jeu : Et si on composait notre propre musique !

Trop cool ! Ok c’est parti … Mais attends, euh, c’est à dire que j’ai jamais fait ça moi ?

C’est facile, difficile ? Par où on commence ? Aaaaaaaahhhhhh la composition !

Souvent quand on commence à jouer d’un instrument, on fait des reprises, c’est la meilleure manière de vite s’exercer. Mais au bout d’un moment (court ou long, car chacun est différent) et bien on a la créativité qui nous démange …

Et si on composait nos propres rythmes de batterie, si on « orchestrait » une chanson connue complètement différemment ? Là on a vraiment l’impression de faire de la musique et non pas de répéter ces que d’autres musiciens ont joué avant nous.

Mais comment s’y prendre ? Je vous ai recensé 7 conseils (+1 !) pour vous lancer dans la composition de vos rythmes de batterie.

1-Connaitre les bases des genres musicaux

Chaque genre musical a ses conventions, les signes qui le distinguent par rapport à d’autres styles musicaux.

Si vous aimez le rock, alors étudiez le rock, si votre truc c’est le jazz, foncez sur le jazz.

Le but ici c’est de bien connaître les fondations, les « trucs qui ne trompe pas » quand on joue un certain genre musical, de sorte qu’à la première écoute les gens ne se trompent pas et identifie le genre, et se disent « ouais, ça c’est du rock, blues, reggae, .. »

Pour aller plus loin sur Batteur Débutant

2-Construire ses rythmes de batterie comme on construit une maison

Lorsqu’on on construit une maison, on a « souvent » un architecte, qui nous aide, c’est lui qui va penser aux grands morceaux de la maison, nous proposer un premier jet. Quand on compose ses rythmes de batterie on est tout seul il va falloir faire ce travail à sa place.

construire les fondations rythmique de votre morceau d'abord

construire les fondations rythmiques de votre morceau d’abord

Pour une maison lorsque les grandes lignes sont sur plan, on commence par couler les fondations.

Et pour composer des morceaux de musique, c’est pareil, on s’attaque d’abord aux « fondations » :

  • un riff de guitare,
  • une groove de batterie,
  • une boucle de basse,
  • une mélodie au chant.

Des fondations qu’on va piocher dans nos genres musicaux de référence.

On va avoir nos pièces maîtresses pour notre morceau, les agencer ensembles, voire si elles collent bien. Les réagencer, revoir si ça marche mieux ensemble.

Une fois les fondations en place on va mettre un peu de ciment, de colle :

Comment on passe d’une grande partie (le couplet) à une autre (le refrain). Cela vaut-il peut-être le coup de mettre un pont ?

Est-ce qu’il va y avoir un solo ? Comment on passe du refrain au solo ?

3-S’attaquer à la déco en dernier

Lorsqu’on a un morceau qui tient déjà bien droit tout seul, on peut s’attaquer à la déco.

Changer le fill ici, le rallonger là, en enlever ici pour laisser respirer la musique, en rajouter là pour appesantir, y aller franchement dans le pont à grand renfort de tom basse, et grosse-caisse parce ce que derrière on débouche sur le solo

Gardez la déco pour la fin : quand on en arrive là, en fait le morceau est quasiment fini.

garder les fioritures pour la fin

garder les fioritures pour la fin

Et on peut encore lui rajouter les dernières petites touches finales qui font qu’il commence à avoir son identité propre : une ouvertures de charlé là , une crash ici pour appuyer les paroles. Quelques ghost notes pour accompagner le rythme de la guitare …

Le plus important c’est qu’à chaque instant on se pose la question :

Est-ce que ce que je suis en train de rajouter (ou d’enlever) est au service de la musique?

Ou bien est-ce que je suis en train d’essayer de mettre un truc compliqué, cool, juste pour essayer d’épater la galerie ?

4-Couchez vos idées sur papier

Parfois on a une super idée, sur le moment elle nous emballe bien, on se fait plaisir à la jouer, en se disant, wouah ce groove là, il déchire, la prochaine fois je le mettrai dans tel ou tel morceau … Et quelques jours plus tard, trop tard, le groove qui tue est oublié, passé à la trappe. Donc si ça vous arrive, que vous venez de trouver un groove ou un fill qui vous plaît vraiment beaucoup : NOTEZ-LE !

Vous n’avez pas idée de nombre de fois ou j’ai pesté parce que j’avais joué un truc pas mal du tout que je n’ai pas noté.

Composer ses propres rythmes de batterie, c’est aussi garder à l’esprit que le génie créatif

Écrivez vos rythmes quand ils vous viennent

Écrivez vos rythmes quand ils vous viennent

ne vient pas toujours au bon moment, et être prêt à l’attraper lorsqu’il pointe le bout de son nez.

5-Faire écouter le morceau à des oreilles critiques

Créer, c’est personnel et il est très difficile d’avoir un recul objectif sur nos propres créations. Pour savoir si la chanson « marche », le mieux c’est encore de le faire écouter à une personne de confiance, qui vous dira honnêtement ce qu’elle pense du morceau.

Prendre la critique comme elle vient, c’est-à-dire de façon constructive. dans le bu d’améliorer le morceau et non pas comme une attaque personnelle sur nos capacités créatives.

Les grands compositeurs ont plus d’œuvres qui sont restée à l’état de brouillon sur papier que d’œuvres majeures qui ont signées leur carrière.

6-Se former à la composition musicale

Si notre musique actuelle se ressemble beaucoup et que les morceaux qu’on entend souvent à la radio connaisse un grand succès, ce n’ai pas complètement du au hasard.

Formez-vous à la composition

Il y a des règles, des astuces parfois, pour créer un morceau qui « sonne » bien.

Évidemment on ne devient pas Bach, Tchaïkovski ou Beethoven du jour au lendemain, mais souvent rien que le fait de connaître les « grandes règles » peuvent déjà vous aider poser les fondations de votre morceau.

Donc, pour finir, il n’y a pas de recette magique pour composer, mais certaines règles font qu’il y a plus de chances que votre morceau fonctionne.

Un bon point de départ pour commencer, c’est le site composer-sa-musique.fr d’Alex, il démystifie une peu toutes les croyances sur la composition musicale tout ça avec beaucoup d’humour !

7-Titiller sa créativité

Pour sortir des sentiers battus et pas ressortir des rythmes qu’on archi-entendus un peu partout, il y a tout un tas d’astuces et de techniques. J’en ai déjà abordées quelques unes sur Batteur Débutant (vous pouvez aussi aller fouiller dans la rubrique Créativité du blog)

Pour aller plus loin

(+1)Se lancer !

Tout comme on ne devient pas un batteur du jour au lendemain, la composition demande aussi de la pratique.

Donc ce conseil, si vous ne deviez en retenir qu’un c’est celui-là : lancez-vous !

Ne réfléchissez-pas, allez-y, mettez-vous à votre batterie, mettez un disque et jammez, mais attention d’avoir un papier et un crayon à portée de main 😉

Stop à l’inaction :

Dites-moi tout simplement quand vous allez vous lancer ! Pas la peine d’avoir des ambitions d’un Mike Portnoy, simplement de se laisser aller, de jouer les rythmes qui vous passent par la tête, et surtout de les rejouer plus tard !

Saviez-vous que j’avais enregistré un morceau avec une artiste ? Composé la rythmique de A à Z, enregistré et tout et tout ! ce fut une expérience super enrichissante 🙂 ! 

 

crédits photos : lesnoubasdici, loopall, belchonock, gnohz



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


Recherches utilisées pour trouver cet article:

comment savoir rythme en batterie,

Une réflexion au sujet de « Composition à la batterie : les 7(+1) conseils que j’aurais voulu avoir »

  1. La métaphore de la maison me parle beaucoup : d’abord les fondations, ensuite la décor.

    Et s’il y a des « règles » à respecter pour correspondre à un style, il peut justement être très intéressant d’apprendre des styles très différents pour créer son propre jeu.

    Aussi, je me rappelle d’une interview de Chris Adler (Lamb of God) qui disait qu’il ne connait aucune chanson autre que celles de son groupe par coeur : il n’a jamais essayé d’apprendre ce que les autres avaient déjà fait mais au contraire était dans une optique de créé sa propre touche.

    C’est clairement une exception, mais ça a le mérite d’être souligné d’autant que son jeu est reconnaissable entre 1000 !
    Aurelien Knaub Articles récents..4 techniques d’actrices pour mieux improviser à la batterieMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article