Comment sonner comme John Bonham, les secrets de son jeu puissant et subtil

John Bonham

John Bonham

Aujourd’hui je m’attaque à un monument de l’histoire de la batterie : John Bonham dit Bonzo

Le batteur emblématique de Led Zeppelin a influencé grand nombre de batteurs rock connus de la scène internationale.

Disparu (trop?) tôt à l’âge de 32 ans en 1980, Bonzo a laisse un immense héritage pour tous les batteurs (en herbe ou pas).

Attention, ça va être long, mais ça va être bon !

Un peu d’histoire

John Bonham est né à Redditch, en Angleterre, le 31 Mai 1948. Il commence très tôt,à taper sur tout ce qui l’entoure, à 10 ans sa mère lui offre son premier tambour, et à 15 son père lui achète sa première batterie : une Premier dont il prendra très grand soin.

N’étant pas issu d’un milieu de musiciens, Bonzo enchaîne les petits boulots pour pouvoir se consacrer à son instrument, il rejoint en 1964 son premier groupe, un groupe d’étudiants. De petits groupes en petits groupes, il rejoint la formation de Crawling King Snakes, dont le chanteur est un certain Robert Plant.

C’est à cette période que Bonzo développe son style « puissant et agressif » et commence à se faire une réputation de cogneur : il casse ses peaux, ses baguettes, les propriétaires de clubs lui demandant d’arrêter les concerts, se faisant parfois refouler de studios parce qu’il fait trop de bruit. Tout en rejoignant d’autres groupes en parallèle, Bonham reste aux côtés de Plant.

Les débuts de Led Zeppelin

Led ZeppelinA la suite de la séparation des Yardbirds, Jimmy Page décide de fonder un autre groupe et finit par s’adresser à Robert Plant pour le chant. Ce dernier lui conseille alors de prendre John Bonham comme batteur. Page, peu convaincu au début, cherche d’autres pistes, toutes ses craintes s’envolent le jour où il voit Bonham à l’oeuvre sur la tournée de Tim Rose en 1968 à Hampstead. Cest ainsi que Bonzo rejoint John Paul Jones à la basse, Page à la guitare et Plant au chant pour former les New Yardbirds qui se renommeront plus tard Led Zeppelin.

La légende raconte d’ailleurs que ce nom ait été trouvé par Keith Moon, très bon ami de Bonzo, lui expliquant que le style lourd et ronflant de son groupe aurait le succès d’un zeppelin de plomb (lead zeppelin en anglais). L’avenir lui donnera tord 😉

Le style Bonzo

A ses débuts, John Bonham a été très influencé par le monde du jazz, et plus particulièrement par Gene Krupa et Buddy Rich, dont il a 120711-Bonzo-Vertbeaucoup étudié, disséqué  le style. Avec le temps son jeu va se personnalisé, tout en gardant quelques traces de ces influences. Ce qui caractérise le plus le jeu de Bonzo, c’est :

  • la rapidité de son pied droit et ses triples croches démoniaques: Trampled Under Foot, Ramble On, Over the Hill and Far Away 
  • son groove si particulier « au fond du temps » : Black Dog, Whole lotta Love
  • son jeu syncopé Good Times, Bad Times
  • sa tendance à s’affranchir des conventions, charleston au pied sur le premier temps (down beat), et grosse caisse sur les contre-temps (up beats) : Moby Dick, Misty Mountain, Four Sticks
  • sa passion pour les triolets et ses signature-« licks » : No Quarter, The Ocean Live, When the Levees Breaks
  • sa position de jeu basse sur son kit, l’économie de mouvements au profit de l’efficacité et la puissance
  • sa capacité à rester simple quand il le faut : Khashmir, When the Levees Breaks, ou à ajouter un peu de sensibilité dans un jeu lourd grâce aux « ghost notes » : No Quarter, Ten Years Gone

Étude de style

Il faudrait probablement un dossier de plusieurs articles voire un livre, ou pour décortiquer en détail, le jeu puissant et subtil de John Bonham. Mais si vous avez envie de « sonner » comme Bonzo (et je vous le recommande, c’est très formateur), je vous propose suivre ces 3 préceptes pour commencer

  •  Aux triolets, tu te convertiras

La « Bonham-touch » se traduit par l’utilisation quasi-systématique de triolets (ou sextolets) dans des rythmes binaires, ce qui a pour effet de casser le côté très carré des rythmes en 4/4, et relance une dynamique. Donc sur une base d’un rythme carré en croches très typé rock, Bonham signe ses fills de fin de mesure avec des triolets.

Pour groover comme Bonzo, faites des triolets votre nouvelle religion, il faut que vous puissiez enchainer grooves carrés et fills ternaires avec autant d’aisance que si vous laciez vos chaussures le matin.

Par exemples sur Khashmir – vers 6:30, il développe un fill de 1 mesure et 1 temps sur une base de sextolets, et chaque triolet se termine sur une grosse caisse

kashmir

relevé de Kashmir Live – 6:30

  •  de la grosse caisse sur les contre-temps tu mettras

A l’inverse du standard rock : grosse caisse sur le 1er temps, et caisse claire sur les back-beats, Bonham réinvente les bases en plaçant le charleston sur les temps « descendants » (les ‘1’ et les ‘et’) et des grosses-caisses sur les temps « montants » (les ‘i’ et les ‘a’). C’est un motif que l’ont peut retrouver sur des morceaux d’antologie tels que Moby Dick, Mister Mountain Hop et Four Sticks

relevé misty mountain hop

relevé misty mountain hop

  •  D’une pincée de grosse-caisse, tes triolets tu saupoudras

Une signature rythme typique qu’on retrouve sur bon nombre de morceaux de Bonham est celle-ci : la présence de rythme syncopés de grosse caisse, très souvent construit autour d’un bloc de 3 notes.

Grâce à des éléments rythmiques de base (un peu comme des briques de légo élémentaires);

éléments rythmique de base

éléments rythmique de base

Bonzo construits ses grooves :

the song remains the same

relevé « the song remains the same »

Le matos de John Bonham

John Bonham est toujours resté fidèle à Ludwig tout au long de sa carrière.

La batteuse de Bonzo

  • Grosse Caisse 26×14 »
  • Tom 15×12 » (monté sur un pied de caisse claire)
  • Tom basse de 16×16 »
  • Tom basse de 18×16 »

Mes titres préférés

  • Khashmir
  • Good Times, Bad Times

 Les goodies

Si vous êtes encore là, bravo !

Pour vous récompenser, une petite interview en 3 parties de Mr John Bonham, détérrée chez Youtube

Deuxième partie, et la troisième

L’incroyable solo de près de 15min, Moby Dick

ET si vous avez envie d’en savoir encore plus, alors je vous recommande ce livre :

A thunder of drums

 

 

 

 

voilà, c’est fini !

Alors prêts à mettre du « triolet à la Bonzo » dans votre jeu ?

il y a du boulot en perspective !



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


Recherches utilisées pour trouver cet article:

john bonham, solo de John Bonham dans Moby Dick de Led Zeppelin, Batterie dans Whole Lotta Love, caisse claire fait sonner les autres toms, john bonham batterie, morceau batterie led zeppelin,

9 réflexions au sujet de « Comment sonner comme John Bonham, les secrets de son jeu puissant et subtil »

  1. Bonjour Magalie !

    Wow, quel article 🙂

    Depuis que j’ai découvert ta série d’article « à la manière de… », j’esperais secrètement avoir un article sur Bonzo.
    Et je ne suis pas déçu!
    En particulier la partie style & étude de style très étoffé.
    Un grand merci à toi pour ce partage !

    2 petites remarques cela dit :
    à la fin tu mets « je vous recommande ce livre: » mais il n’y a pas de lien.
    Et par « good days, bad days », tu entends « good times, bad times » j’imagine ?
    Laurent Articles récents..10 rythmes incontournables à l’usage des débutantsMy Profile

  2. Ah oui cet article est excellent et c’est vraiment un monument auquel tu t’es attaqué ! C’est très riche et j’aime beaucoup. Comme Laurent j’affectionne l’étude de style et en effet aux triolets tu te mettras si tu veux groover comme Bonzo… Cela dit ça fait pas tout ! J’ai bossé un peu mais ça reste super chaud tout ça. Et que dire de l’intro de Rock’n roll qui est vraiment magique et techniquement super difficile (si si…).
    Merci pour ce partage en tout cas. Ça devient une vraie bible ici !
    Francois

    • Disons que c’est l’aspect culturel de l’apprentissage de la batterie 😉 C’est pour apprendre à connaitre les grands noms et l’héritage musical qu’il nous ont laissé.
      Et pis se mettre aux fills RLK (main droite – main gauche – pied) c’est un bon début pour essayer de faire du Bonzo, et c’est pas complètement inaccesessible aux débutants non plus 😛

      • 200 % d’accord avec Magalie ! On peut être débutant et avoir envie de s’instruire sur ceux qui ont fait ce que la batterie est aujourd’hui ! C’est instructif et pas totalement infaisable et ça aide à sortir du scope traditionnel. Je suis demandeur de ce type d’article, j’en redemande c’est tellement bien fait et bien illustré.

        Bravo !

  3. Ping : Résultats du concours « 1000 abonnés à Batteur Débutant »

  4. Ping : Les différentes configurations de batteries acoustiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article