Comment booster votre jeu grâce aux 3 piliers de l’apprentissage de la batterie

Les 3 pilliers de l'apprentissage de la batteriePour « bien » apprendre la batterie, il faut être un batteur équilibré.

Un batteur équilibré,c’est quelqu’un qui a l’air d’être à l’aise sur tout style de rythmes, qui improvise de breaks et des solos, et qui a un tempo en béton armé.

Lorsqu’on apprend la batterie, on a (trop ?) tendance à se focaliser sur un seul aspect à la fois.

Quels sont les 3 piliers qui constituent les fondations d’un jeu solide ?

1 – La Technique

Ça, c’est l’aspect le plus évident. Travailler ses rudiments, sa technique de main, de pied, de doubles grosses-caisses. Travailler sa vitesse. Apprendre à lire les notations rythmiques, savoir jouer des triolets, sextolets, quintolets …

2 – Le Vocabulaire Rythmique

Savoir jouer du rock, du blues, du jazz, des rythmes latinos ou africains, travailler des fills, construire des solos.

En général, pour le Vocabulaire Rythmique, souvent on se cantonne à ce qu’on aime et qu’on connaît bien.

Par exemple, mon univers c’est le rock, la pop, et c’est vrai que je travaille rarement des bossa, ou claves, et c’est dommage !

3 – La Musicalité

C’est l’aspect le plus oublié et le plus difficile à travailler. Travailler sa musicalité c’est travailler son groove, asseoir son tempo, savoir se détacher de sa partition pour commencer à « faire de la musique ».  C’est improviser sur un morceau, mais pour atteindre un résultat cohérent, « jammer » avec des copains bassistes, guitaristes ou claviéristes, c’est jouer sur un morceau « sans batterie » et créer sa propre rythmique, en en mettant juste là ou il faut.

Comment les 3 piliers de la batterie peuvent vous aider à progresser  ?

En ayant constamment à l’esprit quel aspect de votre instrument vous êtes en train d’approfondir, vous saurez si vous êtes en train de créer un déséquilibre.

Ça serait comme si un tennisman ne se contentait que de frapper dans la balle avec sa raquette, sans inclure de musculation, il y a fort à parier qu’il aurait un bras droit sur-développé par rapport à son bras gauche et ce déséquilibre pourrait lui poser des problèmes dans son jeu.

Dans une séance de pratique, décidez à l’avance quel(s) aspect(s) vous allez approfondir. Idéalement, chaque séance fait progresser un peu chacun des 3 piliers de la batterie.

Dans de prochains articles j’aborderai  :

  • Comment organiser ses séances pour profiter au mieux de son temps
  • Une astuce très facile pour voir si on progresse
  • un exercice amusant pour développer sa musicalité

Quel est l’aspect qui vous pose le plus problème, à vous ?

 



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


7 réflexions au sujet de « Comment booster votre jeu grâce aux 3 piliers de l’apprentissage de la batterie »

  1. Salut Mag,

    Simple et efficace comme article. Les gens ont souvent tendances à jouer trop scolaire et c’est dommage. Toute ma jeunesse j’ai gagné plusieurs 1er prix dans des concours et pourtant je n’ai jamais été une bête de technique, bien au contraire…
    Par contre la musicalité, je connais, et ça change tout. Les gens qui écoutent, c’est ce qu’ils veulent 🙂
    Fabien Articles récents..Commencer un instrument de musique avec les bons outils !My Profile

  2. En ce qui me concerne, ce qui me pose le plus de problème c’est organiser mes séances de batterie. Je commence par un peu de rudiments, je travaille un peu la technique et du coup pas trop de temps pour me faire plaisir et jouer tout simplement sur un morceau !! Bref, alors maintenant j’alterne un coup la technique, un coup je m’éclate sur des morceaux en passant par Guitare pro.
    Voilou !! Merci à toi en tous cas.

  3. Bonjour Magali

    Le point 3 est le plus important du donne d ailleurs la solution à tous les problèmes jouer avec des morceaux sans batterie. J’ai rencontrer énormément de batteur incapable de trouver seul le premier temps d une phrase musicale ( je parle du riff principale d’une chanson) C’est ce qu on appelle tout simplement le feeling.

    Il y a un exercice très simple c est de prendre un disque entier au hasard et de marquer rien que le tempo à la noire sur le Charley. Vous ne pouvez même pas imaginer faire de la musique sans avoir réglé ce problème.

    Jean-Marc bontemps
    Île de la Réunion
    Jean – Marc Bontemps Articles récents..Rythme Séga à la batterieMy Profile

  4. Passé la journée à entendre de la musique nous aide sûrement sur notre écoute, qui nous facilitera plus tard notre apprentissage, c’est là que ça commence.

  5. Pas de bon batteur sans groove, pas de bon batteur sans musicalité, ni sans instinct. La technique c’est bien, mais ça ne fait pas tout. Au contraire, j’ai connu, et écouté, des tas astronomiques de batteurs complètement fous techniquement, et qui pourtant ne jouent rien d’intéressant. Enfin, rien d’incroyable musicalement, ou novateur.

    Tout est dans le dosage et dans le groove. Pas utile de balancer un fills toutes les deux mesures (je sais, c’est dur de se retenir ^^), le meilleur c’est celui qui est préparé, qui sort, paf, et qui surprend.

    Je n’ai d’ailleurs aucune honte à dire que Phil Rudd (AC/DC) est un pur dieu. Tous les batteurs le trouvent chiant à mourir, moi il m’hallucine par sa constance, son groove (et sa façon de fumer en jouant).

    Bref, complètement d’accord avec Jean-Marc ci-dessus. A mon avis, pour être un bon batteur, il faut connaître la musique, et en bouffer à tous les plats, de tous les genres, et analyser les rythmiques, les boucles, le feeling on ne peut pas vraiment l’entraîner, on l’acquière 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article