A la manière de Keith Moon

Keith Moon, batteur légendaire

Keith Moon, batteur légendaire

Keith Moon, largement connu pour avoir été le batteur emblématique de The Who, a été bien plus que ça. S’il a aussi été connu pour ses dérapages hors scènes (il a entre autres : jeté une roll-royce dans une piscine, déversé du crotin d’âne sur un bus d’école, détruit son lot de batteries). Keith était surnommé « Moon the Loon », c’est-à-dire Moon le Dingue.

Je racontais partout que j’étais un batteur bien avant que j’ai une batterie, j’étais un batteur-mental.

~Keith Moon

En dehors de ses démons, Keith Moon était un batteur talentueux, un « coloriste » qui jouait de sa batterie comme d’un instrument mélodique. Avant de rejoindre Roger Daltrey, Pete Townshend et John Entwistle pour former The Who il a participé à l’enregistrement de Beck’s Bolero une pièce instrumentale jouée avec Jimmy Page et John Paul Jones, les futurs membres de Led Zepeplin.

C’est d’ailleurs Keith Moon qui serait à l’origine du nom du groupe Led Zepelin, trouvant que la musique de ses comparses était aussi qu’un zeppelin de plomb qui allait se crasher. L’avenir lui donnera tord !

Keith Moon aura un fin aussi tragique que sa carrière fût courte : il décède à 32 ans d’une surdose de médicaments (32 pilules !) destinés à l’aider à soigner son alcoolisme.

Le style Keith Moon, créatif et agressif !

I can’t explain

I can't explain - The Who - Keith Moon

I can’t explain – The Who

Keith Moon a un style plutôt agressif, sur I can’t explain, le premier single à succès des Who, il explore les variation du twist des années 60, reconnaissable par l’utilisation d’un double coup de caisse claire.

Ce morceau révèle aussi la tendance de Moon a écraser sa pédale de grosse caisse pendant ses fills pour ajouter plus d’impact. Ce qui deviendra rapidement sa marque de fabrique.

Partition The Who - I can't explain

The Who – I can’t explain

 Who are you

The Who- Who are you - Keith Moon

The Who- Who are you

Sur le titre Who are you, rendu célèbre grâce au générique d’une série policière ensoleillée, Keith Moon témoigne encore de sa virtuosité. Là où d’autres batteurs se contenteraient de dérouler un groove régulièrement, Keith Moon varie son jeu à chaque mesure sans que cela n’altère l’harmonie du morceau :

The Who - Who are you

The Who – Who are you

La difficulté dans ce morceau est d’acquérir assez de fluidité et de nuances dans la partie en doubles croches, pour marquer les accents, les crescendos, tout en gardant le tempo à 156 bpm 😉 !

La batterie de Keith Moon

La batterie de Keith Moon

La batterie de Keith Moon

Keith Moon commença a jouer sur un kit « standard » de 4 ou 5 pièces jusqu’à ce que Ginger Baker lui annonça qu’il attendait un set de double grosse caisse. Moon décida alors de monter deux British Premier en un seul kit ! Ce changement fût déterminant dans son jeu et il abandonna progressivement le charleston au profit des crashs et rides pour un jeu plus musclé.

Composition de son kit de batterie

Une Batterie Premier « red sparkle » en bouleau

  1. Deux grosses caisse de 22″
  2. Trois tom-basses, incluant des 16″ x 16″ et souvent un de 20″ x 16″
  3. Trois toms de 14″ x 8″
  4. Une caisse claire en métal de 14″ x 5½″ “2000”

Les Cymbales : des Paiste et Zildjian

  1. Un charleston de 14″ ou 15″  (dont il ne se servait en général pas sur scène)
  2. Deux crash de 16″
  3. Une ride de 20″

Pour le plaisir des yeux et des oreilles :

 

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui, j’espère que cette rétrospective d’un monstre de la batterie vous à bien plu !

Dites-moi ci-dessous, quel votre morceau préféré de Keith Moon !

Sans aucune hésitation : Baba O’Reiley !



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


5 réflexions au sujet de « A la manière de Keith Moon »

  1. Merci Magalie pour cet article !

    En effet il a l’air un peu tarré (sur la vidéo de who are you) 🙂

    Tiens tiens, je me demandais d’où elle venait cette musique du générique des experts !!
    D’ailleurs ce morceau est un excellent exemple de half time feel !
    Les couplets sont en half time feel et les refrains en feel normal ce qui donne l’impression que le morceau s’accélère quand on passe au refrain.

    Sinon en effet, son jeu est vraiment varié, très plaisant ! M’en vais m’intéresser un peu plus à ce batteur !

    Et maintenant je veux plein d’autres portraits d’autres batteurs 🙂
    Laurent Articles récents..Découvrez le Half Time Feel grâce à Paradise de ColdplayMy Profile

  2. Bonsoir,

    Et bien voilà un article très intéressant. Keith Moon était le batteur rock par excellence ! Beaucoup d’extravagance et de talent réuni. Il fallait toujours qu’il en fasse plus que les autres, plus forts, plus longtemps et ça l’a poussé à tellement d’abus… Bref on sait comment il a finit.

    J’ai été bercé par les Who (entres autres…) et ce batteur a toujours eu une frappe impressionnante et je suis content de découvrir quelques relevés, ça me donnera envie de travailler ça 🙂

    Laurent, shame on you pour « les experts »… J’ai l’impression d’entendre des djeuns qui me disaient en écoutant Kashmir de Led Zep que c’était le générique de Téléfoot… 😀 C’est l’un de mes morceaux favoris !

    J’ai une grande affection pour « Tommy » notamment dans sa version orchestrale.

    Cadeau « Pinball Wizard » : http://www.dailymotion.com/video/x1no7t_the-who-tommy_music#.UV3MaXDWqBE

    J’adore !

    François

    • @Laurent, taré ? je te trouve assez indulgent avec lui ! Il était complètement frappa-dingue ! Ingérable … mais ca faisait partie de son « génie » 😀
      Pour d’autres rétrospectives … Regarde par ici, il y en a quelques unes déjà … Ca s’étoffe avec le temps
      Tiens, écoute celui-là et dis-moi s’il te rapelle quelquechose ;-), ensuite réécoute-le avec l’intro, qui est vraiment très chouette et c’est bien dommage qu’elle soit la plupart du temps « coupée », on voit d’ailleurs un peu du travail de K.M dans l’intro sur cette vidéo.

      @Francois : effectivement Kashimir, c’est LE morceau :-), celui que je préfère des Led Zep

  3. Ping : a la manière de John Bonham

  4. Ping : Comment sonner comme John Bonham, les secrets de son jeu puissant et subtil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article