Batteur d’orchestre : 5 règles et pas une de plus

Orchestre - TooN LaurentL’orchestre est un véritable moyen pour progresser, découvrir de nouveaux styles, de nouvelles musiques et de se faire de nouveaux amis. C’est totalement différent d’un groupe de rock traditionnel (j’entends par là un groupe de rock composé de 4 membres) et ça vous apportera énormément.

Qu’est-ce que le jeu en orchestre et en quoi est-ce si différent ?

Cet article est un article-invité, rédigé par  Laurent du blog Batteur Extrême.  Laurent partage avec nous aujourd’hui son expérience de batteur d’orchestre. Il a joué dans différents orchestres, sur des reprises de musique de film, des reprises plus classiques (Satana, Edith Piaf, Eagles)  et des fanfares, avec des marimba. C’est maintenant lui qui parle.

J’ai eu la chance de faire partie moi-même de plusieurs orchestres pendant environ 5 ans. J’étais un des batteurs de l’orchestre harmonique de ma commune et le batteur d’un autre orchestre un peu spécial, composé uniquement de marimba. Les deux étaient très différents mais tout aussi instructif.

J’avais 13 ans la première fois que j’y suis allé et comme toutes les premières fois j’avais peur. Je ne me sentais pas capable de jouer dans ce si grand ensemble. Malgré tout je me suis forcé à y aller et après quelques séances difficiles j’ai commencé à prendre mes marques.

Aujourd’hui je ne regrette pas du tout mon choix, je suis même plutôt fier d’avoir joué dans des orchestres car j’ai appris plein de choses. Ces choses je vais vous les faire partager dans cet article pour vous montrer les bénéfices que ça peut vous apporter et pourquoi pas vous inciter à rentrer dans un orchestre à votre tour.

L’orchestre possède en plus d’une multitude d’instruments différents, ses règles qui lui sont propres et qu’il faut absolument connaitre pour bien jouer.

Quelles sont ces règles ?

1) Batteur = Leader :

Vous êtes le second chef.

Dans un orchestre le batteur est situé tout au fond (peut-être parce qu’il fait trop de bruit :))

Le batteur c'est le chef

Le batteur c’est le chef

mais ce n’est pas pour autant qu’il n’est pas important. Au contraire, il suit le chef d’orchestre comme tous les autres (du moins je l’espère) mais il a aussi le rôle de pilier. Sans le batteur l’orchestre n’est rien, alors que si on enlève une flûte parmi six, personne ne le remarquera (je n’ai rien contre les flûtes attention ;), c’est juste pour l’exemple).

L’inconvénient dans un orchestre c’est que le batteur est tout seul, tout comme le chef d’orchestre. Il a donc plus de responsabilité que le reste de l’ensemble et doit être capable de tenir le groupe. Imaginez un instant si le chef a un malaise et qu’il ne peut plus assurer la représentation, alors le batteur doit être en mesure d’endosser ce rôle et de donner le tempo.

Les autres instrumentistes doivent pouvoir se caler sur le batteur en permanence et non l’inverse. C’est assez difficile en pratique car certaines fois vous serez entraîné par les autres musiciens qui accélèrent. Vous devrez donc vous forcer à garder le tempo et ce même si ça crée une sorte de décalage pas très agréable à l’oreille.

Mon chef d’orchestre me disait : « si tu me suis parfaitement et qu’il y a une erreur alors les autres musiciens seront toujours en tort ». Suivez donc consciencieusement ce qu’il vous dit et vous ne vous sentirez plus jamais coupable d’avoir tout foiré pendant une représentation.

Il me disait aussi : « c’est toi qui mène la danse, les autres te suivent« .

Apprenez donc à être un leader. Dans un orchestre, un groupe ou en carrière solo, vous aurez toujours le plus de responsabilités.

N’ayez plus peur et foncez.

2) Jouez sur le temps :

Rien de pire qu’un batteur instable, qui une fois joue à 100 bpm puis une autre fois accélère sur les breaks à 130 bpm alors que le véritable tempo est à 110 bpm.

En fait on a tous tendance à accélérer sur les rythmes ou les breaks que l’on ne maîtrise pas parfaitement. Du coup on arrive en avance sur le temps, ça fait un gros blanc, on est perdu, on ralentit et puis ça fait n’importe quoi. Bref pas bien du tout.

Mais ne vous inquiétez pas c’est tout à fait normal quand on débute la stabilité du tempo est la principale difficulté à gérer. Et pour remédier à ça, rien ne vaut mieux que le bon vieux métronome. Si vous n’êtes pas convaincu je vous invite à aller lire l’article « le métronome : votre ami pour la vie ».

Une autre chose à retenir c’est que ça prend du temps. Vous ne maîtriserez pas la stabilité du jour au lendemain, alors bossez, bossez et bossez encore.

Pour avoir le bon tempo vous devez savoir ce que vous jouez. Si vous essayez quelque chose que vous n’avez encore jamais tenté alors c’est sûr à 99 % que vous allez vous planter. Il faut donc travailler les parties difficiles au métronome et vous verrez que le morceau passera ensuite tout seul. C’est peut être juste un temps ou un break qui bloque, mais quand vous allez jouer ce passage avec l’orchestre, alors vous allez accélérer ou ralentir et tous les musiciens y compris vous seront perdus. Vous allez sentir un décalage et vous allez essayer de rattraper le coup. Sauf que trop tard, la gaffe est déjà faite.

Continuez et concentrez-vous uniquement sur la suite, inutile de culpabiliser sur l’erreur que vous avez commise.

3) N’apprenez pas la partition par cœur :

Détachez-vous de votre partition

Détachez-vous de votre partition

Quand on joue dans un orchestre il faut apprendre à se détacher de la partition. Au début c’est très difficile surtout si on est débutant mais il faut se forcer à le faire petit à petit. Je vais vous expliquer comment faire.

Les étapes à suivre pour se détacher progressivement de la partition :

  • La première fois que vous jouez, regardez entièrement la partition.

  • La seconde fois essayez de mémoriser le rythme principal et regardez ailleurs au moment de jouer ce rythme. Profitez-en pour regarder le chef d’orchestre ou s’il est moche regardez le plafond ;).

  • Ensuite faites la même chose pour chaque nouveau break.

Le plus important c’est de ne pas vouloir tout connaître d’un seul coup, c’est le meilleur moyen pour ne rien retenir.

La partition doit rester un support pour vous aiguiller mais en aucun cas elle doit vous obséder. Si vous avez l’habitude de jouer en suivant une partition, que ce soit tout seul en faisant un cover ou en groupe, alors changez absolument ça, vos résultats seront énormes.

Si vous n’y prêtez pas attention la partition fera de vous un esclave et le jour où on vous demandera de jouer sans ce fameux papier (parce que ce jour arrivera forcément), alors vous serez plus que perturbé. Pour éviter ça vous savez ce qu’il vous reste à faire. Ce qui nous conduit tout droit à la prochaine règle.

4) Jetez la partition :

Et regardez le chef d’orchestre.

Comme je l’ai dit précédemment le plus important dans un orchestre c’est celui qui dirige. C’est lui le chef de meute, le loup qui guide les autres.

Tout n’est pas marqué sur la partition et c’est bien ça le problème quand on a les yeux rivés dessus, on ne voit pas ce qu’il se passe autour. Or le chef peut à tout moment décider d’accélérer, de ralentir, de diminuer le volume sonore ou de stopper complètement la musique pour reprendre 3 secondes plus tard. Soyez très attentif à tout ce qu’il peut vous transmettre à travers ses gestes; la distance entre le chef et le batteur étant très grande, il ne va pas s’amuser à crier au risque de perturber la musique et les musiciens.

Le plus important c’est le contact visuel entre vous et le chef. En effet c’est lui qui détermine le tempo et vous devez le suivre coûte que coûte même si les autres ne le suivent pas. Je vous rappelle, vous êtes un pilier. Si vous ne respectez pas le tempo vous risquez de vous faire taper dessus à la fin du concert :(, et personnellement j’aime pas trop ça.

Si vous voulez aller plus loin, cliquez ici pour découvrir comment jouer une musique sans partition.

5) Restez simple :

La simplicité est le meilleur atout pour être efficace et rester dans le tempo.

Cependant je suis persuadé que vous voulez faire des breaks de folie et rendre le public accro.

Du coup qu’est ce que vous vous dites dans votre tête ?

=> il faut que je fasse un sextuplet en tournant mes baguettes, et tout ça à 200 bpm.

Vous voulez impressionner et donner tout ce que vous avez, le risque c’est de vous brûler les ailes. Ça part d’une bonne intention de vouloir bien jouer mais quand on a pas les capacités c’est difficile. Alors limitez-vous et allez à l’essentiel, ce sera bien meilleur.

On ne peut malheureusement pas commander ce qu’on sait faire ou pas à des moments précis. C’est dommage mais c’est peut-être mieux comme ça. Imaginez-vous si tout le monde était capable de faire ce qu’il veut juste par la pensée…

En voulant exprimer tous vos talents vous voulez montrer que vous êtes meilleur que ce que vous n’êtes vraiment. Vous vous emballez avec des breaks que vous n’avez jamais tentés et vous vous cassez la gueule. Après coup vous vous demandez pourquoi ça n’a pas marché. C’est simplement parce que vous ne l’avez jamais fait auparavant.

La première fois que vous faites quelque chose c’est maladroit et très loin d’être parfait mais il faut continuer à le faire car ça s’améliorera avec le temps et la pratique.

Inutile donc de vouloir donner l’illusion d’avoir un niveau supérieur à celui que vous avez réellement. Vous êtes ce que vous êtes un point c’est tout, maintenant assumez. Faites des breaks ou des variations que vous avez déjà travaillés, ça suffira amplement.

Car entre un batteur qui tape rapidement n’importe où et qui ne finit jamais son break à la fin de la mesure et un batteur qui fait simplement des noires mais qui arrive à terminer toujours au bon moment, alors je préfère le second cas.

Ça peut paraître contradictoire mais rester simple relève parfois de la complexité, car vous devez vous forcer à vous restreindre et ça c’est pas donné à tout le monde.

Jouez simplement et peut-être que personne ne vous remarquera mais néanmoins vous vous sentirez moins con que si vous faites un break qui ne termine pas au bon moment, synonyme d’un batteur qui ne maîtrise pas ce qu’il fait.

Maintenant vous avez le choix de faire partie ou pas de cette catégorie de batteurs qui tape n’importe où pour faire un maximum de bruit. Parfois c’est bien de le faire mais ça doit juste rester un moment de défouloir.

Etes-vous un batteur réfléchi qui maîtrise son geste ?

Alors prouvez-le en jouant simplement.

Voilà les 5 principales règles à respecter si vous voulez bien jouer dans un orchestre et pouvoir progresser. Tous ces conseils sont aussi valables même si vous ne faites pas partie d’un orchestre, gardez-les à l’esprit.

Cet article a été écrit par Laurent du blog Batteur Extreme, n’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil, au plaisir et à bientôt.

Crédits photos : TooN Laurent, thinkpublic, Alexis Gravel.

Laurent nous donne ici de très bons conseils, applicables aussi en dehors du jeu en orchestre. Vous-êtes vous déjà surpris le nez collé à la partition, ou à essayer de casez ce fills de la mort alors que vous ne l’avez jamais vraiment passé avant ?

A vous maintenant de prendre vos baguettes, et de nous dire dans les commentaires quel est le premier conseils que vous allez mettre en pratique dès votre prochaine séance !



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


Une réflexion au sujet de « Batteur d’orchestre : 5 règles et pas une de plus »

  1. Ping : Quelques blogs de musiciens a découvrir absolument!

Les commentaires sont fermés.