10 moyens faciles d’améliorer votre jeu de batterie

astuces pour améliorer son jeu de batteriePendant mes vacances je suis tombée sur cet article de NPR « 10 ways to improve your music pratice », qui m’a bien emballée, et donc je me suis demandée comment l’adapter à mon cas : la pratique de la batterie, voilà le résultat !

 

1- Trouver un endroit calme pour jouer :

Une pièce à part, un coin du salon, bref un endroit dédié, bref, il faut que ce soit facile d’aller jouer, si à chaque fois que vous avez envie de jouer il faut que vous installiez votre matériel, ou que vous dépliez votre batterie, vous n’allez pas jouer aussi souvent que vous le pourriez. Idéalement, cet endroit doit être libre de distraction (téléphone, conjoint, enfants, télé, internet, …).

OK, done. J’ai un coin à moi dans la salle à manger

2- Ayez tout préparé à l’avance :

Sortez votre matériel partition, votre ordi, crayon, carnet de notes, votre playback vidéo ou votre musique en mp3 à l’avance. Rien de pire que de commencer une séance en allant chercher la vidéo, la partoche, le cahier d’exo … pendant 20 min !

OK, presque bon, il m’arrive de chercher une video sur Youtube avant de jouer, et il m’est déjà arrivé de faire du YouTube pendant 1h sur mon tabouret de batterie :-/

3- Utilisez la technologie à bon escient

Les ordinateurs, les apps sur les smartphones, ça peut être vraiment utile, mais ça peut être dangereux, il ne faut pas que ça prenne le pas sur votre temps de pratique (et je vous parle en connaissance de cause !). Je connais un ami qui a cherché pendant des plombes l’app ultime pour organiser ses séances au mieux, alors qu’un papier et un crayon auraient tout aussi bien fait l’affaire, et qu’il aurait pu mettre ce temps à profit pour jouer.

Bof, c’est ma grosse bête noire, tendance geekette, j’aime bien les gadgets, point à améliorer dans mon cas.

4- Commencez avec la fin en tête

Commencer chaque séance avec un but en tête, un objectif à atteindre. Pour savoir quand on a « réussi » quelque chose. Et « jammer sur la batterie », ça peut être un objectif en soi. Exemple de buts :

Finir tel morceau, bosser tel exo, passer tel plan, travailler tel aspect de mon jeu (indépendance, groove, tempo…)

Mention honorable : Je le fais quasiment toujours, mais des fois j’oublie ;-p

5- Planifier vos séances de batterie comme des séances de sport

Commencer toujours par des exercices d’échauffement, pour ensuite attaquer des S'échauffer pour mieux jouer de la batteriepassages plus difficiles, rapides ou physiques, de cette manière vous revisitez vos acquis et préchauffez votre corps pour être en condition optimale.

Pas terrible : je le faisais pendant un bon bout de temps, et puis cette habitude a commencé à disparaître. Point à travailler !

6- Jouer malin, pas nécessairement plus

En faisant des séances plus courtes mais plus fréquentes, vous vous améliorerez plus rapidement. La séance marathon de 2h ne sera jamais aussi bénéfique que 6 séances de 20 min quotidiennes. En plus c’est plus facile de caser une séance de 20min dans un emploi du temps qu’une séance de 2h !

OK ! Tout bon de ce côté là ! Avec parfois juste des créneaux possibles de 15min, difficile de faire autrement … 2h de suite c’est devenu de la science fiction pour moi maintenant !

7- Ne commencez pas toujours depuis le début

Savoir où on va, pour mieux progresserSi vous commencez toujours au début du morceau, il y a de grandes chances que vous sachiez très bien jouer le début du morceau, mais que la fin du morceau ne soit pas terrible. De temps en temps commencez au milieu du morceau, ou par ce fill qui vous pose des difficultés, de cette façon vous aurez une chance de terminer ce morceau que vous aimez tant.

Arglll, je ne fais jamais ça ! Et c’est sans doute une des raisons qui fait que j’arrive difficilement à terminer mes morceaux (notamment le cover de Time is running out que je me promes de faire depuis longtemps)

8- Challengez-vous physiquement

Poussez vous à sortir de votre zone de confort en essayant de jouer des rythmes plus rapides qu’à l’accoutumée, ou en jouant un style musical dont vous n’avez pas trop l’habitude. Une bonne séance de batterie devrait s’accompagner de belles auréoles sous les bras.

KO, nope, jamais jamais jamais. En fait je n’aime pas « bourriner » mais bon il faut avouer que 15min de « What I’ve done » commence à faire accélérer la machine pas mal et ça chauffe sous les bras.

9- Éloignez-vous de votre Instrument pour jouer

Forcez-vous à visualiser votre jeu, tout comme le font les athlètes de haut niveau. Asseyez-vous loin de votre batterie, dans un café, le bus, le métro, pieds à plat sur le sol, mains sur les genoux, fermez les yeux et « jouez » votre morceau/partoche/exo dans votre tête : visualisez quel membre vous allez jouer à quel moment, sur quel instrument (caisse claire, toms, grosse caisse, cymbales) vous allez jouer, tout cela sans bouger !

Mention moyen-bien : il m’arrive très souvent tout le temps d’écouter de la musique lorsque je suis loin de ma batterie, et j’aime bien repérer les grooves, bosser mes paradiddles sur le rythme de la musique, mais jamais, je ne me « vois » en train de jouer de la batterie.

10- Félicitez-vous de votre bon travail

En vous félicitant de votre bon travail, vous aidez votre cerveau à associer satisfaction 

Bravo !

Bravo !

à travail de la batterie. Donc de temps en temps, arrêtez-vous et gratifiez-vous d’un « Bravo », ou laissez-vous aller à 10min de batterie « freestyle ». Si vous avez atteint un objectif particulièrement difficile, ou qui vous tenait vraiment à cœur, offrez-vous cette cymbale-crash qui vous faisait tant envie !

Peut mieux faire : j’aime beaucoup « passer à autre chose » et du coup je ne prends jamais le temps de regarder ce que j’ai accompli jusque là, et pour ce qui est des récompenses, c’est nada, niet …

Voilà, avec ça il y a de quoi faire, mais j’en ai certainement oublié !

Alors dites-moi maintenant, quel est VOTRE TRUC pour améliorer facilement votre jeu de batterie ?

Je suis sûre que vous en connaissez plein !



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


Recherches utilisées pour trouver cet article:

comment faire une bonne interpretation de musique en batterie, comment reussir facilement le jeu de la batterie, Comment faire pour jeux la batterie, batterie astuce progresser, entrainement physique pour batteur, exercice pour sameliorer en baterie, je narrive pas à progresser à la batterie, jeux la bat, les exercice jouer a la batterie, pdf comment entretenir la batteri(drum),

25 réflexions au sujet de « 10 moyens faciles d’améliorer votre jeu de batterie »

  1. Cet article peut s’appliquer à d’autres instruments (je suis pianiste) et il résume bien les bonnes habitudes à prendre pour faire de bonnes séances de travail. Mon astuce est l’utilisation d’un carnet ou je note tout ce qui est à améliorer : passages difficiles, exercices, gammes, tempo. Pour me challenger, j’utilise le métronome, j’augmente la vitesse jusqu’ ce que je dépasse mon tempo de confort puis je redescends. Et là, coup de chaud assuré !
    Aurelie Articles récents..Leçon sur les ornements chez BachMy Profile

    • Hello Aurelle,

      comme j’ai « honteusement » repompé cet article sur le site du NPR, qui se veut généraliste, je pense en effet que ces conseils s’appliquent à la pratique de n’importe quel instrument … j’ai voulu voir ce que ça donnait pour la batterie …

    • aaaahhhh, c’est un peu mon arlésienne ce moceaux-là ! Celui qui m’a motivé à passer derrière les fûts surtout le passage de toms sur le refrain … Mais je ne sdésespère pas ! Je l’aurais !

  2. Très bien cet article sur le comment « vivre sa batterie » au quotidien , exercice, échauffement (frisé, accent, tempo, croche à la GC ) Travailler un exo avec patience, mais jusqu’au bout. et parfois se « lacher » sur ce que l’connait bien .

  3. Si je me trompes, je crois que le fait de se visualiser en train de pratiquer son instrument, ça active les mêmes zones du cerveau que quand on joue pour de vrai !
    Du coup m’en vais appliquer le point 9 🙂

    Sinon j’ajouterai volontier un point : s’enregistrer en fin de séance pour voir le travail accompli. Ca permet également de prendre du recul par rapport à son jeu, voir ce qui va et ce qu’il reste à travailler.
    Pis si on garde les enregistrements on voit son évolution au fil du temps et on se dit : « ah ouais quand même, y a eu du chemin de parcouru ! » 😉
    Laurent Articles récents..Comment transformer un fill bateau en un fill qui claque ?My Profile

    • s’enregister ! et oui, je l’avais oublié celui-là !

      Et effectivement, quand on ré-entend ou revoit ce que l’on a enregistrer auparavant, on prend parfois un claque ! (ah ouais, mais j’étais vraiment pas terrible à cette époque !)

  4. Aïe !! J’en applique à peine 4 sur les 10 : les 3 premiers et un peu d’échauffement. (5 si le numéro 11 compte dans la liste).
    Pour les autres faudra que je m’y mette. Déjà, jouer malin c’est pas gagné avec moi :).

    Et bravo Magalie pour tes articles.

    PS : quitte à passer pour un naze, c’est de qui ‘Time is running out’ ?

  5. Pour info, Fernando Martinez dans « Funk grooves for drums » propose le découpage d’une séance selon le modèle ci-joint. Enfin non, je ne peux pas joindre une image 🙂
    C’est un disque divisé en secteurs d’inégales grandeurs :
    1 Technical studies (environ 1/4 du temps d’une séance)
    2 reading(environ 1/6 du temps)
    3 groove playing (environ 1/3)
    4 improvisation (1/3)
    5 play along with records (1/3)
    6 transcriptions (1/6)
    7 research analysis (1/6) (= écoute des autres musiciens)

    Cela fait beaucoup en une séance, mais il ajoute que 3-4 h de travail par jour, 4 ou 5 jours par semaine « suffisent »… J’en suis loin, faute de temps comme beaucoup d’entre nous.

    • Je me suis emmèlé les pinceaux avec les 1/3 et et les 1/6… Les 1/3 sont en fait des 1/6 et les 1/6 des 1/12… Bref, avec une image ce serait plus clair 😉

    • 3-4h de pratique par jour c’est déjà énorme, peu de gens « normaux » (dont la batterie n’est pas l’activité principale, j’entends) peuvent se permettre autant d’heure de pratique 😉 Mais bon, F. Martinez, ça n’est pas un manche non plus :-p !

    • Hello tous !
      3-4 heures par jour ! Je crois que je n’ai jamais fait cela de ma vie !
      Hormis cas exceptionnels genre répétitions d’un opéra contemporain ultra difficile avec un setup de batterie énorme (une centaine de petits instruments sur 6 Mètres carrés).

      La bonne nouvelle , il est tout à fait possible d’être un SUPER batteur en jouant 20 min par jour ( ce qui est déjà très bien) , et en faisant de temps en temps des sessions plus longues , par exemple lorsque vous répétez avec votre groupe ( 3-4 h dans ce cas c’est toujours sympa et on apprend beaucoup).

      La clef : rester motivé et fournir un travail régulier .
      Xavier Articles récents..Le binôme batterie basseMy Profile

  6. En ce moment je m’endors en « révisant » un passage sur lequel j’accroche : je chante mentalement « deux-croches/croche-deux double/deux double croches/deux-croches » en visualisant les mouvement à la batterie…
    (patern 3 du James Brown dans le « Coup de pouce » volume 2 : une syncope à la GC suivie d’une syncope à la CC).
    Je crois que cela fait effet, je m’améliore …

    • Hello Jérôme,

      excellent complément effectivement 😉 ! je n’avais pas pensé au côté « pression sociale » des réseaux sociaux !

      Donc je vous encourage à vous mettre une « pression positive » en publiant vos objectifs soit ici, soit sur la page facebook de Batteur Débutant !

  7. 1- Trouver un endroit calme pour vous concentrer, réfléchir, préparer… Etc. Mais pas pour jouer si on part du principe que dans tous les cas vous allez forcément jouer. Ce qui me dérange le plus dans ce conseil, ce n’est pas l’imprécision ou flou de l’interprétation du titre mais surtout l’invitation à ne pas s’adapter. Oui si vous êtes au mieux pour bosser faites-le mais sachez que ce n’est pas le calme qui vous fera progresser mais bel et bien le fait de ne pas être influencé ou pris par l’ampleur sonore de la percu que vous n’avez pas l’habitude d’aligner. Hi, hi et puis il serait peut-être tant pour le voisinage de vous apercevoir que toutes les fois où vous jouez, le calme disparaît comme par hasard…

    2- Voici un conseil là aussi absurde : peut-on avoir la prétention de tout préparer ou prévoir, surtout pour quelque chose de nouveau ou de meilleur que l’on doit acquérir/maîtriser… Je vous le dis sans détour : le véritable progrès, la sensible amélioration vient justement de ce que vous allez découvrir/réaliser et non de ce que vous avez préparé. Donc pour être constructif et pas seulement catégorique, ici le batteur inconnu vous conseille plutôt de pleinement vous orienter avant votre séance de travail pour mieux vous focaliser sur tel aspect ou point à améliorer ou plutôt de vous prédisposer plutôt que tout préparer. En fait c’est vous qui devez être prêt(e) ! Bien entendu, inutile de préciser que tout support vous y aidant (à cette préparation perso ou cette disposition à s’améliorer) est profitable pour les uns et neutre ou handicapant pour d’autres.

    3- Utiliser la technologie comme d’autres s’évertuent au fourre-tout technique quand ils jouent… Pourquoi pas ? Après, je me dois de vous dire que ce n’est pas cela qui améliorera votre jeu, y compris dans les cas où la technologie vous facilite vraiment la vie. Attention là aussi ne vous en privez pas non plus car ce qui est certain c’est que la techno est facile dans toutes les situations où elle apporte quelque chose au niveau personnel. Avec la technologie on améliore beaucoup de points ou d’aspects au niveau du son, de l’apprentissage, de l’échange … Etc. Mais rien de rien au niveau du jeu soyez-en sûr(e)s !

    4- Conseil ultra reconnu et pourtant à éviter dans bon nombre de situations d’amélioration. Si vous êtes vraiment débutants : ok et c’est une bonne chose. Mais si vous voulez vous améliorer alors certainement pas ! Quand vous n’êtes pas dans une situation où vous avez tout à apprendre (ou que vous apprendrez quoiqu’il advienne), ce n’est donc pas en gardant les habitudes du parfait débutant que vous allez vous faciliter la tâche ! Ce conseil est pernicieux car d’autant plus admis que nous avons presque tous l’habitude de fonctionner comme ça dans la vie… C’est naïf et on pense au résultat ou à l’objectif alors que ce qui vaudrait mieux faire selon moi, c’est plutôt d’oublier l’objectif et de vraiment penser à la réalité de l’instrument, du morceau, du groupe, du spectacle… Etc. La technique ? Oui mais pas seulement : l’instant car chaque chose est plus facile quand elle est décomposée, détaillée. Oserai-je dire soignée ? Oui il faut surtout soigner et prendre le temps de faire pour améliorer. En ce sens, prévoir de terminer ceci ou cela en n minutes ou n séances est tout simplement… insensé ! Mon conseil à ce niveau ? Commencez surtout avec la motivation et la certitude que vous aurez appris quelque chose à la fin de la séance (avec ou sans prof ce n’est pas la question). Bien sûr on est d’accord sur ce point : sans vous disperser…

    5- Je crois que c’est la dernière des choses à faire ! Décidément… Il ne faut pas confondre le sport et la musique. Cette dernière nécessite un investissement physique au départ mais c’est au début quand le débutant se crispe au point de se blesser ou de ne pas respecter les limites corporelles, qu’elles soient spatiales ou temporelles. Donc pour améliorer, nulle question de le faire comme pour le progrès en séance sportive. Sinon gare aux déboires et aux accidents en vus de l’amélioration ! Une exception qui confirme la règle : même les détendus, habitués ou autres confirmés ont le bénéfice de l’échauffement. En effet car détendus ou pas, il faut toujours faire intervenir/solliciter notre corps dans les temps pour jouer. Alors une démarche progressive est de rigueur pour la mise en marche. Mais pas indispensable puisque cela est plutôt une habitude ou une mise en condition pour les habitués qui peuvent très bien jouer ou apprendre en ménageant leurs corps dès le début de la séance, y compris sur des plans/points plus difficiles à exécuter.

    6- Ah enfin un conseil avec lequel je suis d’accord ! Rien à ajouter d’autant que ce conseil est valables pour les débutants comme pour les avancés.

    7- Oui ce qui est sûr c’est que début, milieu ou fin, si vous décidez d’arriver à tout jouer, il faudra bien commencer un jour à bosser telle ou telle partie, qu’elle que soit la partie du morceau… Plus ouvertement, je dirais que c’est une manière plus élargie de s’ouvrir à l’amélioration, à l’avancement de l’accomplissement de votre objectif. Une situation de plus pour se mettre en situation de découverte ou d’apprentissage d’un aspect musical différent. Donc une clef de plus pour l’amélioration !

    8- Pour progresser, les auréoles et la vitesse ? Je ne sais pas, à moins de bosser la vitesse en particulier ou de stresser quand il fait chaud. Challengez-vous physiquement pour les choses plus ou moins ok afin de les éprouver ou d’aller jusqu’au bout. Mais sur les choses difficiles vaut mieux ralentir et y aller zen : c’est le plus sûr moyen de progresser du moins pour les personnes suffisamment patientes et positives vis-à-vis de ce type de comportement ralenti mais très mal vu en société. Ce que la société persiste à ignorer c’est que c’est justement en ralentissant que sur l’ensemble d’un projet un tant soit peu exigeant/long on gagne du temps ! Le soin n’a pas de prix ! Et en plus c’est autant le point le plus important pour progresser que le point le plus discrédité en général… Et pas qu’en musique !

    9- Oui mais avant de visualiser quoi que ce soit, jouer un minimum ! Quand on apprend quelque chose que l’on ignore ou qu’on n’arrive pas encore à faire, il est rare de constater que ce qu’on a imaginé est justement ce qu’il fallait faire. Par contre, et même si cette attitude n’est pas indispensable pour progresser ou n’accélère pas remarquablement vos progrès, il est rare qu’elle ne soit pas bénéfique. En effet : en imaginant, vous allez souvent obtenir quelque chose d’inattendu voire de ressemblant. Vous allez en quelque sorte attirer le succès ou la capacité de faire autre chose de différent mais cela sera assez souvent en rapport. Ce qui vous permettra par la suite d’imaginer suffisamment « objectivement » pour vous orienter vers la capacité effective d’exécuter ce que vous aviez prévu d’apprendre. Inconsciemment vous allez être plus à l’écoute de ce qui coince actuellement pour mieux le résoudre ou de ce qui ne demande qu’à sortir… Orientation d’autant plus facilitée si vous partez de ce que jouez actuellement ou de ce que vous savez faire. Donc jouer un minimum avant de réfléchir ou d’imaginer et n’hésitez pas à tester ou essayer différentes choses pour vous construire une base de réflexion autant perso que réaliste donc autant créative qu’effective.

    10- Oui c’est important et utile. Mais seulement si vous oubliez de regarder sans complaisance vos lacunes ou difficultés. La batterie est une question d’équilibre et on constate que les personnes trop satisfaites arrêtent autant que les personnes trop insatisfaites. Comme une baguette : il y a l’aller/l’élan mais aussi le retour/réaction. L’un ne va pas sans l’autre surtout si on souhaite gérer ses séances de batterie à la baguette !

    Voilà, j’espère que mon post vous a plu et bons progrès percussifs à vous !

    Le batteur inconnu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article