Il faut apprendre à ramper avant de pouvoir courir !

Aaron Spears

Aaron Spears

Il faut apprendre à ramper avant de pouvoir courir !

Mais qu’est ça peut bien vouloir dire ? C’est le conseil que Aaron Spears m’a donné, quand on sait qu’Aaron Spears est l’un des plus grands batteurs de gospel, qu’il nage comme un poisson dans l’eau avec les signatures rythmiques impaires, autant le prendre au sérieux  !

D’abord une petite vidéo, pour vous donner l’eau à la bouche. C’était à l’occasion d’une « clinic« , et Aaron nous fait une petite démo de son groove légendaire. Bon la vidéo est faite à main levée, depuis le public, le cadrage est perfectible :-P, mais fermez les yeux et écoutez !

Et donc, ce conseil ? En fait Aaron répondait à la question :

Dis, Aaron, quel conseil donnerais-tu à un batteur débutant ?

Aaron joue de la batterie depuis environ l’âge de 2 ans, son premier « concert » en public, il l’a fait à 5 ans. Et son conseil, c’est celui-là :

Il faut apprendre à ramper avant de pouvoir courir !

Sur le moment, on n’a pas tous, tout bien compris, mais il nous a dit qu’on devait bien travailler nos bases, nos rudiments, qu’il fallait sans relâche : d’abord apprendre à ramper, avant de pouvoir faire du quatres-pattes, et seulement après on commence à se mettre debout.

On l’oublie souvent, apprendre à marcher, c’est difficile, et ça prend du temps. Quand on maîtrise la marche, courir ça n’est pas encore évident, alors courir vite, et encore plus vite, ça vient avec le temps, lorsqu’on grandit.

La leçon, c’est que même dans l’apprentissage de la batterie, il faut savoir se donner du

Aaron Spears

Aaron Spears

temps. Attention, pas du temps « entre les séances », mais du temps pour assimiler, intérioriser, construire, rentrer les rythmes dans son propre système. C’est en étant assidu derrière sa batterie et en essayant sans cesse d’améliorer, même ces bases qui ont l’air rudimentaires, qu’on arrive progressivement à mettre un pied devant l’autre, et qu’on apprend à courir, avec le temps.

Alors n’essayons pas de jouer syncopé à 150 bpm avant d’être sûrs d’avoir un jeu carré à 100 bpm. Ayons un jeu bien en place, avant de mettre des triolets un peu partout. Apprenons à avoir des mains équilibrées, des pieds maîtrisés, avant de nous jeter dans du 5/8 à corps perdu.

Merci Aaron pour ce conseil ! Vous est-il déjà arriver de vouloir viiiite arriver à jouer ce rythme-là, de-la-mort-qui-tue, celui envoie du bois ? Vous essayez, essayez, vous vous énervez, réessayez, mais ça ne passe pas ? Peut-être étiez-vous entrain d’essayer de courir avant d’avoir réussi à ramper 😉 ?



Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à la newsletter, soyez le premier à être notifié d'un nouvel article et recevez GRATUITEMENT mon guide "12 conseils pour BOOSTER vos progrès à la batterie"


7 réflexions au sujet de « Il faut apprendre à ramper avant de pouvoir courir ! »

  1. il vaut mieux jouer moins vite et etre bien carré dans son jeu
    encore des article de ce genre c est bon pour le moral surtout venant d’un aussi grand batteur
    cordialement
    gégé

  2. Effectivement c’est bien de rappeler les règles basiques d’autant que je galère depuis plusieurs jours sur une intro qui paraissait simple dont j’ai du mal à jouer au tempo. Donc je vais continuer de ramper …..
    Cdt

  3. Chouette, un site qui répond à mes recherches de conseils 🙂
    C’est pas pour moi, mais pour mon fils Samuel qui a 8 ans et a commencé la batterie en septembre, j’ai assisté à ses 3 dernières leçons et je suis très émue de le voir derrière cet instrument imposant, mais il a envie d’assurer, alors je vais faire au mieux pour glaner le maximum d’infos pour que son apprentissage se passe bien… J’attends avec impatience l’article sur les bouchons de protection des oreilles 🙂
    Un grand merci de partager cet apprentissage avec nous et de tenir un blog aussi bien documenté et simple à la fois.
    Bonne continuation,
    LaFlo

  4. Ce n’est pas mon style favori mais j’apprécie beaucoup son groove et pour les conseils, cette idée de prendre le temps de vraiment construire un rapport avec son instru avant de vraiment se lancer dans l’aventure. Comme une sorte de jeu vraiment acquis et correspondant à ce que vous êtes pour pouvoir disposer de votre propre groove sans mauvaises surprises.

  5. Cela s’applique également à tous les domaines de vie. Beaucoup de gens remettent leurs difficultés au manque de talent alors que c’est justement dans la difficulté que l’on va progresser.

    Si on n’ose pas se mettre en difficulté, on va toujours faire la même chose et on ne progressera pas. C’est pareil dans la vie, c’est un sortant de notre zone de confort et en cassant nos habitudes que les choses extraordinaires se produisent.
    Kara Kalm Articles récents..Comment se créer un style bien à soiMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cliquez ici pour afficher le lien vers votre dernier article